Parcoursup : « Il y  avait une vraie urgence » à agir, selon Catherine Morin-Desailly

Parcoursup : « Il y avait une vraie urgence » à agir, selon Catherine Morin-Desailly

Au micro de « Sénat 360 », Catherine Morin-Desailly, sénatrice (UC) de la Seine-Maritime et  présidente de la commission de la culture et de l’éducation au Sénat, réaffirme « l’urgence » à mettre en place le système Parcoursup.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Les sénateurs ont trouvé un accord avec les députés, sur le texte concernant l’accès à l’université, instaurant le système Parcoursup. Mais le décret nécessaire à la mise en place de ce dernier, a été pris avant même que la loi soit adoptée.

Pour Catherine Morin-Desailly, sénatrice (UC) de la Seine-Maritime et  présidente de la commission de la culture et de l’éducation au Sénat, il s’agissait d’agir très vite :

 « Il y  avait une vraie urgence parce que le cadre juridique de l’APB post-bac est tombé. Le Conseil d’Etat, et avant lui la CNIL, ont enjoint le gouvernement à changer le système (…) Il y avait urgence de lui substituer des modalités nouvelles et sûres juridiquement ».

À la gauche qui dénonce une sélection qui ne dit pas son nom, l’ancienne prof d’anglais répond : « La sélection existe déjà (…) Si c’est l’orientation positive, dans le sens où l’on s’appuie à la fois sur les compétences des étudiants, les attendus de l’enseignement, les débouchés professionnels… tout dépend ce que l’on met derrière les mots (…) On en était venu  à un système complètement aberrant où il y avait une vraie sélection (…) la sélection la plus injuste qu’il soit, qui était celle du tirage au sort. La gauche n’a pas à donner de leçons sur ce sujet sur lequel (…) elle n’a rien fait ces cinq dernières années. »

A la question de savoir si la sénatrice craint le recours des sénateurs communistes devant le Conseil d’Etat pour stopper le parcours législatif du texte, la présidente de la commission de la culture et de l’éducation au Sénat se veut confiante : « Le processus d’orientation et d’affectation n’est pas lancé (…) Donc le recours n’a pas de fondement (…) Il n’a pas été choisi d’anticiper le mode d’affectation. »

Dans la même thématique

Parcoursup : « Il y  avait une vraie urgence » à agir, selon Catherine Morin-Desailly
4min

Politique

Lettre d’Emmanuel Macron : « Je crois que les Français ne sont pas dupes et qu’ils savent que c’est un tour de passe-passe », juge Fabrice Leggeri (RN)

A quelques jours du premier tour des élections législatives, Fabrice Leggeri, porte-parole du RN a détaillé plusieurs éléments du programme du parti de Jordan Bardella. Ce dernier qualifie la lettre d’Emmanuel Macron de « tour de passe-passe » et envisage la démission d’Emmanuel Macron si les élections ne permettent pas de dégager une majorité absolue.

Le

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention toute particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le