Parcoursup : « Probablement qu’il y a encore des améliorations à faire », pense Frédérique Vidal

Parcoursup : « Probablement qu’il y a encore des améliorations à faire », pense Frédérique Vidal

Face aux nouvelles manifestations lycéennes contre la réforme d’accession à l’université, la ministre de l’Enseignement supérieur répond que le gouvernement a « encore un devoir de pédagogie à faire ».
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Des lycéens ont encore battu le pavé ce mardi pour protester contre la nouvelle plateforme « Parcoursup », qui a pris de relais de feue Admission Post-Bac (APB), pour orienter les futurs bacheliers dans l’enseignement supérieur. Les syndicats dénoncent notamment un « tri social » et une « sélection », qui ne dit pas son nom. « Je pense que ces manifestations démontrent que nous avons encore un devoir de pédagogie à faire », a réagi la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, dans Sénat 360.

« Je leur réponds que c’est plus 22.000 places dès la rentrée prochaine dans l’Enseignement supérieur », a tenté de rassurer la ministre. « Je leur réponds que c’est 950 millions d’euros spécifiquement dédiés à une meilleure orientation, un meilleur accueil et un meilleur accompagnement vers la réussite ».

Chaque bachelier pourra « trouver sa place dans la filière qu’il souhaite »

Ce budget auquel elle fait référence s’étalera sur 5 ans et financera la réforme du premier cycle dans le supérieur. La ministre assure que les 22.000 nouvelles places seront réparties de sorte à ce que « chaque bachelier puisse trouver sa place dans la filière qu’il souhaite ».

Selon Frédérique Vidal, la nouvelle plateforme « semble convenir » aux parents d’élèves, qui jugent Parcoursup plus « informatif » que la précédente plateforme, selon elle. « Probablement qu’il y a encore des améliorations », concède-t-elle toutefois. Ce sera l’objet des propositions que sera amené à faire le comité scientifique et éthique, présidé par la juriste et ancienne ministre Noëlle Lenoir.

Dans la même thématique

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Parcoursup : « Probablement qu’il y a encore des améliorations à faire », pense Frédérique Vidal
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
5min

Politique

Sondage : après son débat avec Attal, Bardella au plus haut à 34% d’intentions de vote, Hayer recule encore

L’avance considérable prise par la tête de liste RN sur ses autres concurrents pour les élections européennes du 9 juin prochain se confirme dans le dernier relevé du baromètre d’Odoxa, réalisé par Mascaret* pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale. Cette enquête d’opinion a été réalisée après le débat qui a opposé Jordan Bardella au Premier ministre Gabriel Attal le 23 mai. Dans le même temps, la majorité présidentielle continue de perdre du terrain dans les intentions de vote.

Le