Paris 18e: deux candidats proches de Macron en tête dont El Khomri

Paris 18e: deux candidats proches de Macron en tête dont El Khomri

Paysage politique insolite dimanche soir dans la 18e circonscription de Paris : là où la République en Marche ne présentait aucun...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Paysage politique insolite dimanche soir dans la 18e circonscription de Paris : là où la République en Marche ne présentait aucun candidat, deux personnalités se réclamant du parti d'Emmanuel Macron s'affronteront au second tour, dont l'ex-ministre du travail Myriam El Khomri (PS).

L'ancienne collègue d'Emmanuel Macron, cible de nombreuses contestations en raison de la loi travail qui porte son nom, recueille 20,23% des voix dans le nord de la capitale. Elle est devancée d'un peu plus de 11 points à 31,76% par le juppéiste Pierre-Yves Bournazel, investi par LR.

Les deux candidats se réclamaient tous deux du parti présidentiel.

M. Bournazel, qui se présentait "sous les couleurs de la majorité présidentielle", avait été officiellement soutenu par le Premier ministre LR Edouard Philippe.

Mme El-Khomri, élue du XVIIIe depuis 2008 et investie par le PS, avait de son côté reçu le soutien de la ministre de la Culture Françoise Nyssen et de la sénatrice de Paris Bariza Khiari, déléguée nationale En Marche!.

Paul Vannier (LFI) rassemble 16,60%.

L'écologiste Caroline De Haas qui avait fait de l'opposition à la loi Travail le moteur de sa campagne, arrive en quatrième position avec 13,57%.

26 candidats se présentaient dans cette circonscription détenue par la gauche depuis 1997.

Emmanuel Macron avait obtenu 37,1% des voix au premier tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon 24,4%, François Fillon 16,5% et le socialiste Benoît Hamon 13,1%.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le