Paris veut être le “refuge” des oeuvres du patrimoine en danger dans le monde

Paris veut être le “refuge” des oeuvres du patrimoine en danger dans le monde

Paris veut être le "refuge" des oeuvres du patrimoine en danger dans le monde et va consacrer des espaces de stockage sécurisés à...
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Paris veut être le "refuge" des oeuvres du patrimoine en danger dans le monde et va consacrer des espaces de stockage sécurisés à les accueillir autant de temps que nécessaire, a annoncé mercredi la maire PS de Paris Anne Hidalgo.

Mme Hidalgo, à l'occasion de la communication d'un plan culture devant le Conseil de Paris, en séance de mercredi à vendredi, a "souhaité que Paris devienne une ville-refuge pour les oeuvres menacées dans le monde entier", en raison des conflits.

Le Crédit Municipal de Paris va ainsi consacrer "plusieurs centaines de m2" de réserves dans des espaces sécurisés et non-inondables.

Cette institution parisienne "a développé une expertise dans les domaines de la conservation et de la valorisation d’œuvres d’art depuis près de quatre siècles", indique cette dernière dans un communiqué.

L'initiative parisienne, encore à détailler, se fait en collaboration avec l'Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones de conflit (Aliph) et se développera également de manière bilatérale avec les villes partenaires de Paris à l'étranger.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le