Paris: Villani assure qu’une candidature ne serait pas un “acte de défiance”, Griveaux rejette l’exclusion

Paris: Villani assure qu’une candidature ne serait pas un “acte de défiance”, Griveaux rejette l’exclusion

Cédric Villani a assuré lundi à Emmanuel Macron et Edouard Philippe que sa possible candidature dissidente aux municipales à...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Cédric Villani a assuré lundi à Emmanuel Macron et Edouard Philippe que sa possible candidature dissidente aux municipales à Paris ne serait pas l'expression d'une "défiance" à leur égard, un choix que "regretterait" Benjamin Griveaux défavorable à une exclusion du député, a appris l'AFP auprès de leur entourage.

"Cédric Villani a informé le président de la République et le Premier ministre qu'il ferait une déclaration aux Parisiennes et Parisiens ce mercredi 4 septembre à 19h00 et que sa décision n'était en aucun cas un acte de défiance vis-à-vis de leur action", a déclaré Baptiste Fournier, directeur de campagne de M. Villani pour l'investiture en marche.

Benjamin Griveaux, choisi à l'unanimité par les membres de la Commission nationale d'investiture en juillet pour représenter LREM en mars 2020, a proposé à Cédric Villani de "co-piloter" la campagne du parti présidentiel, "à la fois sur le fond et sur l'incarnation". Mais le député de l'Essonne, dont la possible candidature "alternative" agite la Macronie depuis des semaines, a décliné la proposition.

Dans un autre message adressé lundi à M. Griveaux et au patron de LREM Stanislas Guerini, le mathématicien les assure que sa déclaration à venir mercredi "ne serait pas contre LREM" ou contre eux "individuellement". Mais il déplore que "le fonctionnement actuel ne (soit) pas à même de remplir les conditions permettant aux Parisiennes et Parisiens de se rassembler autour d'un projet d'avenir et novateur". Et les propositions faites "ne dissipent pas le malaise (qu'il a) ressenti", ajoute le mathématicien.

"Les désaccords, surtout au sein de la même famille politique, doivent pouvoir être surmontés par le dialogue et l’argumentation", constate, amer, Benjamin Griveaux dans un courrier adressé lundi soir aux Marcheurs, et dont l'AFP a obtenu copie.

"Après l’intense campagne médiatique des derniers jours, il apparaît désormais plus que probable que Cédric Villani annonce mercredi sa candidature à Paris. Si tel devait être le cas, je le regretterais", ajoute l'ancien porte-parole du gouvernement, dont le début de campagne a été marqué par des polémiques.

M. Villani doit officiellement annoncer mercredi à 19h00 ses "intentions" pour Paris, en l'occurrence une candidature dissidente, ou pas, pour sortir du duel annoncé entre la maire PS sortante Anne Hidalgo et Benjamin Griveaux, quitte à fragmenter le vote en marche dans la capitale.

La perspective d'une éventuelle candidature de Cédric Villani pose la question de son exclusion du parti, conformément aux statuts de LREM.

"J'entends les demandes nombreuses d’exclusion. Ne cédons pas là où tant d'autres avant nous ont renoncé", écrit Benjamin Griveaux qui "ne souhaite pas qu'un comportement isolé vienne mettre à mal le mouvement qu('il a) participé à bâtir et à faire vivre depuis le premier jour avec tant d’autres parmi vous".

Dimanche, le patron des députés LREM Gilles Le Gendre, tout en soutenant M. Griveaux, s'est dit hostile à "toute forme d'exclusion ou de sanction vis-à-vis de Cédric Villani ou vis-à-vis de ses éventuels soutiens", s'il se présentait.

Dans la même thématique

Reception de la presse internationale à l’Elysee, a l’occasion des Jeux de Paris 2024
9min

Politique

Interview d’Emmanuel Macron sur les JO : « Il va s’en servir comme d’une métaphore sur le climat politique » 

Ce mardi 23 juillet au soir, Emmanuel Macron va s’exprimer pour la première fois depuis les élections législatives, lors d’une interview pour France Télévisions et Radio France. L’occasion pour lui d’expliciter « la trêve olympique et politique » qu’il a appelée hier de ses vœux. Alors quels sont les enjeux de cette intervention ?  

Le

Paris: Villani assure qu’une candidature ne serait pas un “acte de défiance”, Griveaux rejette l’exclusion
4min

Politique

Lutte anti-drone pour les JO : « Une priorité » pour Attal, sur laquelle les sénateurs ont alerté

A trois jours de l’ouverture de Jeux Olympiques, le premier ministre démissionnaire s’est rendu à la base militaire de Villacoublay pour se faire présenter le dispositif anti-drone. Et a révélé qu’il y a déjà « 6 drones interceptés en moyenne chaque jour » aux abords des sites olympiques. Un sujet sur lequel les sénateurs ont alerté depuis longtemps l’exécutif.

Le