Parly: Paris plaidera pour améliorer l’accord nucléaire iranien, avec ou sans les USA

Parly: Paris plaidera pour améliorer l’accord nucléaire iranien, avec ou sans les USA

Paris continuera à plaider en faveur d'une amélioration de l'accord nucléaire iranien, "que les Etats-Unis y soient présents ou...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Paris continuera à plaider en faveur d'une amélioration de l'accord nucléaire iranien, "que les Etats-Unis y soient présents ou pas", a affirmé mardi la ministre des Armées Florence Parly, alors que le président américain Donald Trump menace de jeter ce texte aux orties.

"Cet accord, ce n'est pas le meilleur accord du monde", mais "sans être parfait, il a néanmoins un certain nombre de vertus" et "ils (les Iraniens) le respectent", a-t-elle déclaré sur RTL.

"Cet accord doit être complété. C'est ce que le président de la République a proposé. Il faudra poursuivre sans cesse pour plaider l'amélioration de cet accord, que les Etats-Unis y soient présents ou pas", a-t-elle ajouté.

Sauf revirement de dernière minute, le président Trump devrait annoncer ce mardi à 18h00 GMT qu'il rétablit, au moins partiellement, les sanctions levées en contrepartie de l'engagement pris par l'Iran en 2015 de ne pas se doter de l'arme nucléaire.

Cela risque, pensent les experts, de "tuer" l'accord conclu à Vienne par Téhéran avec les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne après plus de dix ans de tensions sur le programme nucléaire iranien et un marathon diplomatique.

Tous les autres signataires ont défendu jusqu'au bout ce compromis qu'ils jugent "historique", soulignant que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a régulièrement certifié le respect par Téhéran des termes du texte censé garantir le caractère non militaire de son programme nucléaire.

"Les Européens ont confirmé encore tout récemment leur attachement au maintien et au respect de cet accord", a rappelé Mme Parly en arguant qu'il était "un facteur de paix et de stabilisation dans une région (...) très éruptive".

"L'Iran est une puissance qui cherche à exercer son influence plus largement au-delà de la région. C'est la raison pour laquelle elle est impliquée en Syrie", a développé la ministre.

Or "la proximité de l'Iran est un problème pour Israël, ceci a conduit Israël récemment à intervenir militairement pour frapper un certain nombre de cibles en Syrie", a-t-elle souligné.

"On voit bien que toute escalade (...) qui pourrait conduire l'Iran à ne plus respecter un accord signé, y compris par les Etats-Unis, depuis quelques années ne peut être qu'un facteur d'aggravation d'une situation déjà très tendue", a-t-elle mis en garde.

Dans la même thématique

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le

Belgium Europe Migration
7min

Politique

Parlement européen : quels sont les grands textes adoptés depuis 2019 ?

Entre le Covid et la guerre en Ukraine, la mandature 2019-2024 a dû subir et réagir à de grands bouleversements. Pacte vert, plan de relance, sanctions à l’égard de la Russie ou encore soutien à l’Ukraine… A l’aube du renouvellement du Parlement européen, retour sur les grands dossiers adoptés ces 5 dernières années au Parlement européen.

Le