Parti socialiste : « Olivier Faure porte la responsabilité des échecs électoraux », tacle Stéphane Le Foll

Parti socialiste : « Olivier Faure porte la responsabilité des échecs électoraux », tacle Stéphane Le Foll

Invité de notre matinale, Stéphane Le Foll est revenu sur l’élection de la direction du Parti socialiste qui aura lieu ce jeudi soir. Le maire du Mans soutient Hélène Geoffroy et reproche à la direction actuelle d’Olivier Faure un alignement sur Jean-Luc Mélenchon et un PS « qui n’exprime rien. »
Louis Mollier-Sabet

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Les 40 000 militants du Parti socialiste devront se prononcer ce soir sur les trois « textes d’orientation » proposés par Olivier Faure, premier secrétaire actuel, Hélène Geoffroy, la maire de Vaulx-en-Velin qui avait déjà présenté sa motion au Congrès de Villeurbanne en septembre 2021, et Nicolas Mayer-Rossignol, le maire de Rouen. Pour Stéphane Le Foll, maire socialiste du Mans et soutien d’Hélène Geoffroy, l’enjeu du scrutin est de savoir si les deux motions qui contestent la direction actuelle rassembleront plus de 50 % des suffrages à elles deux, et pourraient ainsi l’emporter dans un éventuel second tour. « La solution sera alors d’assumer un rassemblement pour prendre en charge la responsabilité de gouverner ce Parti socialiste, avec toujours la perspective d’alliance à gauche, mais pas sur une ligne politique dictée par LFI comme aujourd’hui », explique-t-il.

« Sur les retraites, plus personne ne sait quelle est la position du Parti socialiste »

Parce que c’est bien le grief principal que l’ancien ministre de l’Agriculture de François Hollande fait à Olivier Faure : d’avoir laissé le centre de gravité de la Nupes au parti de Jean-Luc Mélenchon. « Le Parti socialiste est tellement en contradiction avec ce qui a été fait avant, que beaucoup de socialistes sont partis et on est effectivement sur un risque de rupture. Pour ne pas gêner la Nupes, on reste sur la ligne de LFI, qu’Olivier Faure lui-même avait contesté pendant la présidentielle. Le PS est déjà fissuré, je ne sais pas combien de militants voteront » estime ainsi Stéphane Le Foll.

Le maire du Mans en veut pour preuve la position qu’il juge illisible du Parti socialiste sur le sujet du moment : la réforme des retraites. « La ligne d’Olivier Faure conduit à ce que sur la question des retraites, plus personne ne sait quelle est la position du Parti socialiste », lâche Stéphane Le Foll. Si cet ancien proche de François Hollande concède que le PS « a besoin d’alliances », il rappelle « qu’avant c’était le PS qui définissait la ligne de l’alliance. »

PS : « Cette nouvelle génération ne sait pas où elle habite »

Ainsi, « Olivier Faure a tourné la page du quinquennat de François Hollande, mais quand on fait ça, il faut être capable d’écrire une page politique », estime-t-il. D’après Stéphane Le Foll, Olivier Faure justifie un rapprochement avec LFI par ses propres échecs : « Olivier Faure porte la responsabilité des échecs électoraux, et ensuite il dit que c’est à cause de ça qu’il faut passer par la Nupes. Mais ce sont ses échecs. »

Ne faut-il tout de même pas tourner la page d’un quinquennat qui a été pour le moins compliqué pour le Parti socialiste ? « Ça a toujours été le cas, il faut renouveler. Mais si François Hollande est trop présent, que ces jeunes se posent la question de savoir pourquoi. Cette nouvelle génération ne sait pas où elle habite. S’il est trop présent c’est parce que sur plein de sujets, le PS n’exprime rien. »

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
4min

Politique

Législatives 2024 : les moments clés de la semaine

La XVIIe législature s’ouvre cette semaine. Les députés vont élire le prochain président ou présidente de l’Assemblée nationale mais également les postes du Bureau. La démission du gouvernement Attal devra être acceptée par le chef de l’Etat avant l’ouverture de la session parlementaire, pour que les 18 ministres élus ou réélus députés puissent participer au vote. Public Sénat détaille pour vous le calendrier de ces prochains jours à l’Assemblée.

Le