Passe sanitaire jusqu’à l’été : « Nous dirons non ! », annonce Patrick Kanner

Passe sanitaire jusqu’à l’été : « Nous dirons non ! », annonce Patrick Kanner

Afin de ne pas rester démuni en cas de nouvelle vague, le gouvernement veut maintenir la possibilité de recourir au passe sanitaire jusqu’à l’été. La mesure va avoir du mal à passer au Sénat, selon Patrick Kanner, président du groupe PS.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Ce que nous voulons, ce que nous allons proposer au Parlement, c’est de maintenir pendant plusieurs mois encore, jusqu’à l’été, la possibilité d’y recourir » a confirmé le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à l’issue du Conseil des ministres.

Alors que la possibilité de recourir au passe sanitaire arrive à échéance le 15 novembre, un nouveau projet de loi, présenté en conseil des ministres, le 13 octobre, envisage de l’étendre jusqu’en juillet.

Au Sénat, on ne compte pas donner un blanc-seing au gouvernement (voir notre article). Un sentiment plus que partagé par le patron du groupe PS, Patrick Kanner. « Nous dirons non et je crois de manière unanime en tout cas en grande partie au Sénat », pressent-il.

Le sénateur du Nord estime que la prolongation du recours au passe sanitaire « est une mauvaise solution […] un pis-aller, une fuite en avant ». « La vraie solution, c’est celle que nous proposons. C’est-à-dire la vaccination obligatoire. Une mesure égalitaire. C’est un constat d’échec que ce report du passe sanitaire. Il faut le dire clairement aux Français ».

En effet, hasard du calendrier, la présentation en Conseil des ministres du projet de loi de prorogation du passe sanitaire tombera le même jour que l’examen au Sénat de la proposition de loi socialiste « instaurant la vaccination obligatoire contre le SARS-CoV-2 ». Une solution pour l’instant écartée par le gouvernement, au grand dam de Patrick Kanner. « Le gouvernement à juste titre veut que tous les Français soient vaccinés et il reporte cette échéance de mois en mois y compris en enjambant les élections, présidentielle et législatives, c’est quand même un vrai sujet », a-t-il déploré.

 

 

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le