Patrick Balkany, hospitalisé, ne sera pas présent à son procès lundi

Patrick Balkany, hospitalisé, ne sera pas présent à son procès lundi

Le maire LR de Levallois-Perret, Patrick Balkany, hospitalisé depuis jeudi, ne sera pas présent à la reprise de son procès en...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le maire LR de Levallois-Perret, Patrick Balkany, hospitalisé depuis jeudi, ne sera pas présent à la reprise de son procès en appel pour fraude fiscale lundi après-midi, a-t-on appris auprès de son épouse.

"Il doit subir cet après-midi des examens complémentaires sous anesthésie générale", a indiqué à l'AFP Isabelle Balkany, elle aussi rejugée pour fraude fiscale à la cour d'appel de Paris.

Patrick Balkany, 71 ans, a été admis jeudi matin dans un hôpital parisien, au lendemain de l'ouverture de son procès en appel.

Vendredi, la première adjointe au maire de Levallois avait, dans un tweet, dit sa "reconnaissance" pour la rapidité de prise en charge de son mari, incarcéré à la maison d'arrêt de la Santé depuis trois mois.

"Merci du fond du cœur à l'Administration pénitentiaire de La Santé pour sa réactivité et aux Pompiers pour leur compétence qui ont fait hospitaliser Patrick d'urgence pour ce qui est une grave occlusion intestinale... Notre reconnaissance à jamais !", avait-elle posté.

Mercredi, le maire de Levallois-Perret était apparu très amaigri dans le box des prévenus. A la demande de la défense, la présidente a fait installer une chaise capitonnée pour M. Balkany, qui avait expliqué souffrir du dos depuis une opération à la colonne vertébrale.

Le baron des Hauts-de-Seine est incarcéré depuis le 13 septembre, date de sa condamnation à quatre ans de prison pour fraude fiscale.

Isabelle Balkany, absente au premier procès après une tentative de suicide, s'est vu infliger trois ans de prison, sans mandat de dépôt. Tous deux ont été condamnés à dix ans d'inéligibilité.

Un mois plus tard, ils étaient à nouveau condamnés pour blanchiment aggravé, lui à cinq ans ferme et elle à quatre. Ils seront rejugés dans ce dossier en février.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le