Patrimoine : Stéphane Bern « épuisé de monter au créneau »

Patrimoine : Stéphane Bern « épuisé de monter au créneau »

Votée par les sénateurs en novembre, les députés ont finalement annulé l’exonération des taxes sur le loto du patrimoine. Contacté par publicsenat.fr, Stéphane Bern indique que Franck Riester lui a assuré que les taxes seraient compensées mais se « dit épuisé et agacé par cette tuyauterie budgétaire ».
Simon Barbarit

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Je sais bien que les taxes vont être compensées mais ça m’agace cette tuyauterie budgétaire. Ce serait quand même plus simple de dire : c’est un loto philanthropique, donc on supprime les taxes. Stéphane Bern vient de s’entretenir avec Franck Riester au téléphone, quand nous le contactons, ce matin. Le ministre de la Culture l’a visiblement rassuré. Les taxes sur le loto du patrimoine que les députés viennent de rétablir hier soir lors de l’examen du budget, seront compensées. Dans l’hémicycle, la secrétaire d’État, Agnès Pannier-Runacher a justifié que ces prélèvements seraient « affectés au financement du sport et à la sécurité sociale »

L'animateur, à qui Emmanuel Macron a confié la mission du loto, a lui fait chauffer son compte Twitter pour dénoncer les « taxes mesquines de petits comptables à Bercy ». Car comme l’année dernière, l’Assemblée nationale est revenue sur une disposition adoptée par le Sénat dans le cadre du projet de loi de finances 2020. Contre l’avis du gouvernement, le Sénat a voté l’exonération des taxes habituellement prélevées par l'État sur les jeux et loteries, pour le Loto du patrimoine.

Pour mémoire, en 2018, le loto du patrimoine a généré a généré 200 millions d’euros de recettes, 144 millions sont revenus aux joueurs, 22 millions d’euros à la Fondation du patrimoine, et 14 millions d'euros de taxes pour l’État ». Ce sont ces taxes que le Sénat veut supprimer.

Le gouvernement s'était engagé, comme l'an dernier, à compenser cette taxation. Mais les sénateurs préfèrent que l'exonération soit inscrite dans la loi, car, selon eux, une compensation peut être remise en cause chaque année. « Heureusement qu’il y a les sénateurs pour se préoccuper du patrimoine. Je m’étonne que certains députés ne s’alarment pas de cette situation. Ils n’ont pas de monuments en péril dans leur circonscription ? s’interroge Stéphane Bern.

Et les coups de gueule de l’animateur à l’encontre du gouvernement sont de plus en plus fréquents. Toujours sur publicsenat.fr, le 18 novembre, il avait dénoncé un « tour de passe-passe » budgétaire de l’exécutif dans le cadre du projet de loi de finances rectificative 2019. Le gouvernement avait tenté d’annuler discrètement 25 millions d’euros de crédits alloués au patrimoine. Soit un peu plus que les 22 millions d’euros qu’a rapportés le loto du patrimoine à la Fondation du patrimoine en 2018. « On me saborde. On m’envoie au combat et on me tire une balle dans le dos ! » avait-il déploré sur notre site avant que l’exécutif ne revienne sur cette mesure.

« Ça m’épuise de monter au créneau à chaque fois. Je ne suis pas un homme politique. Je réagis avec mes tripes » confie-t-il. Et au cas où le gouvernement ne tiendrait pas parole concernant la compensation des taxes sur le loto du patrimoine, « ils me trouveront toujours sur leur chemin » prévient-il.

Le projet de loi de finances 2020 sera examiné en seconde lecture par le Sénat, mercredi. L’exonération des taxes devrait, à nouveau, être adoptée, avant une ultime lecture par les députés, jeudi. « Ma crainte, c’est qu’à force, tout cela freine la participation des Français au loto » met en garde Stéphane Bern.

Dans la même thématique

Patrimoine : Stéphane Bern « épuisé de monter au créneau »
3min

Politique

Crise agricole : « 80% des engagements sont tenus ou en passe d’être tenus », affirme Gabriel Attal

Interrogé par François Patriat, président du groupe RDPI (majorité présidentielle) au Sénat sur la crise agricole, le Premier Ministre a reconnu une situation difficile pour les agriculteurs français, déplorant « un malaise, une détresse, une exaspération qui vient de loin », tout en se réjouissant de la réponse apportée par le gouvernement à travers les 62 engagements promis lors de sa conférence de presse début février.

Le