Paul (PS) veut un “auto-inventaire” de Hollande et “un nouveau parti”

Paul (PS) veut un “auto-inventaire” de Hollande et “un nouveau parti”

Christian Paul, chef de file des députés frondeurs socialistes et soutien du candidat Benoît Hamon, a appelé mercredi François...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Christian Paul, chef de file des députés frondeurs socialistes et soutien du candidat Benoît Hamon, a appelé mercredi François Hollande à un "auto-inventaire" du quinquennat et a estimé qu'il fallait "réinventer la gauche française" avec "un nouveau parti".

"Si, aujourd'hui, la gauche est en difficulté dans cette élection, c'est bien parce que le quinquennat a déçu", a déclaré M. Paul au Talk Le Figaro. "Nous avons alerté en temps utile, (François Hollande) n'a pas entendu", a-t-il jugé, souhaitant que le président fasse "un examen de conscience", un "auto-inventaire".

Pour ce député PS de la Nièvre, "nous devons réfléchir à la suite", après la présidentielle. "A force de dire que le parti d'Epinay est mort, je pense qu'il va falloir inventer une nouvelle force politique", a-t-il lancé, assurant croire "depuis longtemps qu'il faut un nouveau parti, et un parti d'un nouveau type".

L'avenir du Parti socialiste "n'est pas le ripolinage, une simple rénovation", d'après ce membre du bureau national du parti, convaincu que "si la gauche se condamne à demeurer dans des boutiques obscures, y compris rue de Solférino, elle ira au bout d'un drame politique". A ses yeux, il faut, au-delà du PS, "réinventer la gauche française".

Sur la campagne du candidat PS, après la victoire à la primaire, "sans doute il aurait fallu rassembler plus largement", a glissé cet ancien soutien d'Arnaud Montebourg. "Mais c'est vrai qu'il était difficile pour Benoît Hamon, comme pour moi et d'autres, de penser que la primaire n'avait pas un effet de rassemblement" et notamment qu'"une vingtaine de dirigeants socialistes" allaient soutenir Emmanuel Macron.

"Beaucoup de Français sont déboussolés devant cette élection, ils ne retrouvent pas des catégories politiques auxquelles beaucoup sont attachés, n'en déplaise à Emmanuel Macron, qui est un brouilleur de cartes", a estimé M. Paul, dépeignant le candidat d'En Marche! "jeune à l'extérieur, très vieux à l'intérieur". "A nous, avec Benoît Hamon, de redonner des repères, de partager des valeurs", selon lui.

Quant à Jean-Luc Mélenchon, il y a dans son programme "pour nous des points de désaccord profonds", notamment sur l'Europe, mais "ça n'en fait pas un programme délirant".

Et "je ne parle pas de danger", a souligné M. Paul, se refusant aussi à "nourrir le feuilleton" sur son avance par rapport au candidat PS dans les sondages.

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le