Pécresse (LR): Macron “n’a pas l’audace suffisante”

Pécresse (LR): Macron “n’a pas l’audace suffisante”

Valérie Pécresse (LR), qui a voté dimanche pour Emmanuel Macron pour faire barrage au FN, a estimé lundi qu'il avait gagné la...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Valérie Pécresse (LR), qui a voté dimanche pour Emmanuel Macron pour faire barrage au FN, a estimé lundi qu'il avait gagné la présidentielle "sur une certaine forme d’ambigüité" et qu'il n'avait ni "l'audace suffisante", ni "la fermeté nécessaire".

Emmanuel Macron "incarne une forme de continuité avec le quinquennat précédent dont les Français ne veulent plus", a affirmé la présidente de la région Ile-de-France sur Radio Classique et Paris Première.

"Je pense qu’il a gagné sur une certaine forme d’ambigüité, je pense que ses réformes n’ont pas l’audace suffisante pour sortir la France du fléau du chômage (…). Il n’y a pas l’audace réformatrice que j’attends et que le pays attend", a-t-elle poursuivi. "Et puis sur la sécurité, sur l’autorité, sur le communautarisme, sur l’islamisme radical, je crois que M. Macron n’a pas la fermeté nécessaire".

"Emmanuel Macron veut nous emmener dans la confusion des idées, nous dire que maintenant il y a lui et les extrêmes, eh bien je crois que ce serait très dangereux pour notre pays. C’est pas vrai, il n’y a pas lui et les extrêmes, les extrêmes aujourd’hui ils sont affaiblis, et nous aujourd’hui nous avons un espace politique à occuper", a-t-elle encore dit.

"Nous avons une ligne politique à exprimer et cette ligne politique malheureusement elle a été passée à l’as, passée à la trappe, à cause des affaires qui ont terni la campagne des présidentielles", a-t-elle plaidé.

"Nous rentrons là, maintenant, dans un nouveau cycle électoral, c’est les législatives. On va enfin avoir le débat projet contre projet que nous n’avons pas pu avoir pendant les présidentielles", a promis Mme Pécresse.

Elle a rappelé que son vote pour Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle "était un vote par défaut, parce qu'il ne représente pas les idées que je souhaite pour la France".

"Je pense que c'est quelqu'un de très séduisant, mais la vérité c'est que comme on a le sentiment qu'il dit à chacun ce qu'il a envie d'entendre, à la fin de la fin, il y aura beaucoup de gens qui seront déçus", a déclaré Valérie Pécresse.

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Pécresse (LR): Macron “n’a pas l’audace suffisante”
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le