Peillon à Valls: “à force d’être excessif, on devient insignifiant”

Peillon à Valls: “à force d’être excessif, on devient insignifiant”

Vincent Peillon, candidat à la primaire initiée par le PS, a estimé mercredi soir sur BFMTV que Manuel Valls devrait "retirer" le...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Vincent Peillon, candidat à la primaire initiée par le PS, a estimé mercredi soir sur BFMTV que Manuel Valls devrait "retirer" le mot de "guerre" employé vis-à-vis de Donald Trump car "à force d’être excessif, on devient insignifiant".

"Je pense que Manuel Valls, qui a l’expérience du gouvernement, devrait moins employer le mot +guerre+. Il a un sens précis", a-t-il dit. Lundi l'ancien Premier ministre a affirmé que Donald Trump, qui qualifie le Brexit de "grande chose" ou la politique migratoire d'Angela Merkel d'"erreur catastrophique", faisait "une déclaration de guerre à l'Europe", dont il "propose tout simplement la dislocation".

"Ça ne me semble pas tout à fait opportun (…) On ne parle pas de guerre avec un allié historique, donc personne ne nous a déclaré la guerre, et M. Trump ne nous a pas déclaré la guerre. M. Trump a des positions politiques et nous parlerons aux Américains comme nous l'avons toujours fait", a-t-il dit.

"Nous avons des intérêts à défendre, c'est autre chose, mais ce n'est pas la guerre", a-t-il dit.

"Il faut faire attention, parce que des fois, à force d’être excessif, on devient insignifiant ou on crée un certain nombre de troubles dans les esprits. Je ne crois pas que ce mot +guerre+ était approprié, je crois même qu’il faut le retirer", a-t-il conclu.

Dans la même thématique

Elections Legislatives panneaux d affichage a Nice
10min

Politique

Législatives : comment les politiques se positionnent face à l’hypothèse d’un second tour contre l’extrême-droite ?

Face à l’avance considérable du Rassemblement national et de ses alliés dans les sondages, de nombreux hommes et femmes politiques se sont prononcés sur l’hypothèse de duels ou de triangulaires impliquant le parti d’extrême-droite. Dernière information en date, un séminaire gouvernemental se dirigerait vers une stratégie « ni RN, ni LFI », en cas d’affrontement entre les candidats de ces deux partis au second tour.

Le

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national
8min

Politique

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national

Le programme de Jordan Bardella intègre dans son programme le rabais de la contribution française à l’Union, qu’il compte obtenir auprès de ses partenaires. Problème : le budget pluriannuel européen vient à peine d’être renégocié, ne laissant aucune fenêtre de tir crédible avant deux bonnes années. Sans compter que les tractations budgétaires sont les plus sensibles qui soient entre les Vingt-Sept.

Le

Matignon Reunion des premiers ministres francais et estonien
5min

Politique

Législatives 2024 : à quoi pourrait ressembler un gouvernement technique ?

Ce serait une première en France. Un scénario inédit sous la Vème république. En cas d’absence de majorité absolue à l’issue des élections législatives anticipées, Emmanuel Macron pourrait nommer un gouvernement technique composés de hauts fonctionnaires et d’experts, afin d’éviter un immobilisme total à la tête du pays.

Le