Peillon (PS): “La laïcité, c’est le coeur de mon engagement”

Peillon (PS): “La laïcité, c’est le coeur de mon engagement”

Vincent Peillon, candidat à la primaire initiée par le PS, dont une phrase sur les Juifs sous Vichy et les musulmans aujourd'hui...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Vincent Peillon, candidat à la primaire initiée par le PS, dont une phrase sur les Juifs sous Vichy et les musulmans aujourd'hui a déclenché la polémique, a assuré jeudi que la laïcité était "le coeur" de son engagement.

"Je suis celui qui en France a fait la charte de la laïcité et remis l'enseignement moral et civique à l'école parce que la laïcité c'est le cœur de mon engagement", a déclaré M. Peillon, interrogé sur Radio classique sur ses propos mardi soir, qu'il a précisés depuis.

"Il faut bien mesurer que depuis quelques années, l'extrême droite, comme autrefois dans notre Histoire, utilise les mots de la République, par exemple patriotisme (...) ou laïcité, eux, ils utilisent ces mots pour viser certaines catégories de la population", a réexpliqué l'ancien ministre de l'Education, député européen depuis 2014.

La laïcité, a-t-il développé, "je crois qu'elle doit pour tout le monde dire séparation absolue du public et du privé, neutralité de l’Etat, (...) combat radical, contre l'islamisme politique qui cherche justement à déborder, évidemment, notre laïcité, et les principes qui accompagnent la laïcité".

A l'adresse du candidat de la droite François Fillon, qui a argué mardi de sa chrétienté pour expliquer certains choix politiques, M. Peillon a souligné que le principe de laïcité vaut "pour tous" et "surtout pour les hommes politiques".

"Nous avons des appartenances évidemment historiques, nous avons des orientations de conscience, nous pouvons avoir évidemment la liberté - et j'entends qu'elle soit préservée en France - la liberté de religion, de conscience, etc. Mais nous ne devons pas dans le champ politique les faire intervenir", a-t-il dit.

"Aujourd'hui il y a un grand déballage religieux partout, donc ça vaut pour tout le monde. Moi je veux qu'on arrête de mettre la religion, d'ailleurs la plupart des Français n'en veulent pas, au cœur de la vie politique", a encore dit le candidat.

Mardi soir, dans "L'Emission politique" sur France 2, l'ancien ministre de l’Éducation avait fustigé ceux qui "veulent utiliser la laïcité - ça a déjà été fait dans le passé - contre certaines catégories de populations". "C'était il y a quarante ans (sic) les Juifs, à qui on mettait des étoiles jaunes, c'est aujourd'hui un certain nombre de nos compatriotes musulmans, qu'on amalgame d'ailleurs souvent avec les islamistes radicaux: c'est intolérable", avait-il poursuivi.

Mercredi, face à la polémique naissante, Vincent Peillon avait expliqué qu'"une contraction de phrases" avait "pu déformer" sa pensée.

Le premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis, a pris la défense de M. Peillon dans un Tweet jeudi: "On fait un mauvais procès à Vincent Peillon qui est revenu sur ses propos", a-t-il écrit.

Dans la même thématique

Paris: reunion des representants de la Gauche
8min

Politique

Nouveau « Front populaire » : les négociations s’éternisent

Les négociations entre les différents partis de gauche pour une union en vue des élections législatives anticipées laissaient espérer une issue rapide ce jeudi 13 juin. Mais en fin de journée, négociateurs et chefs de partis étaient toujours en discussion. Retour sur des tractations mouvementées.

Le

Leader of Les Republicains (LR) right-wing opposition party Eric Ciotti leaves Les Republicains Headquarters in Paris
11min

Politique

Chez les LR, la crise déclenchée par Eric Ciotti se poursuit sur le terrain judiciaire

Eric Ciotti a saisi le tribunal judiciaire pour contester son exclusion des LR, suite à l’alliance qu’il a annoncé avec le RN pour les législatives. Ses opposants ont reconvoqué un bureau politique pour « valider », sur le plan juridique, son exclusion, afin de mieux respecter les statuts. Alors que la question des investitures est aussi en jeu, chacun fourbit ses armes pour porter la bataille sur tapis vert.

Le