Peillon (PS) pas intéressé par la direction du parti socialiste

Peillon (PS) pas intéressé par la direction du parti socialiste

Vincent Peillon, candidat à la primaire initiée par le PS, assure dimanche dans Le Parisien qu'il n'est pas intéressé par la...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Vincent Peillon, candidat à la primaire initiée par le PS, assure dimanche dans Le Parisien qu'il n'est pas intéressé par la direction du PS, qui doit selon lui revenir à quelqu'un de "plus jeune".

La direction du PS vous intéresse-t-elle? "Sans doute, il y a dix ou quinze ans, cela m'aurait intéressé. Là, beaucoup moins. Et puis je pense que cela doit revenir à quelqu'un de plus jeune", répond l'eurodéputé.

Interrogé sur l'âge Jean-Christophe Cambadélis, l'actuel dirigeant, qui a 65 ans, M. Peillon rétorque "est-ce un progrès du socialisme? Je ne sais pas".

Il s'en prend aussi aux propositions de ses concurrents à la primaire, dont Benoît Hamon, qui veut par exemple taxer les robots: "je considère que ces propositions ont entamé le sérieux de la primaire. C'est vouloir nous disqualifier devant les Français et la droite", dit-il.

Vincent Peillon, veut "impliquer l'école privée" dans la lutte pour la mixité sociale à l'école, déclare-t-il encore dans Le Parisien. "On nous dit: +il faut vivre ensemble.+ Mais la réalité, c'est que personne ne veut élever ses enfants avec ceux des autres, dans des endroits où se cumulent trop de difficultés", explique l'ancien ministre de l'Education nationale.

M. Peillon fait en outre plusieurs annonces dans l'interview, dont un référendum, s'il est élu, à l'automne 2017 sur l'indépendance du parquet pour aboutir à une "justice indépendante".

Autre réforme promise par l'ancien ministre, celle des droits de succession. "Ce que je propose, c’est de calculer les droits en fonction de celui qui reçoit et non plus de celui qui donne", dit M. Peillon, qui "introduira des mécanisme de progressivité en fonction du montant de l'héritage".

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allées ces dernières années.

Le

Peillon (PS) pas intéressé par la direction du parti socialiste
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le