Peillon sur le port du voile : « Moi je ne veux pas interdire la cravate, ni la kippa »

Peillon sur le port du voile : « Moi je ne veux pas interdire la cravate, ni la kippa »

Alors que Manuel Valls sur France 2 hier a parlé hier d’un « voile porté comme un étendard politique »,  Vincent Peillon, invité spécial de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio, s’est fait le défenseur de la laïcité.
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

. Il ne voit « aucun problème » dans le port du voile ou d’autres signes religieux dans l’espace public, notamment à l’université. « Cela dépend de quel type de voile. Si on parle d’un simple fichu, aucun problème » a-t-il précisé.

« Moi je ne veux pas vous interdire la cravate, je ne veux pas interdire la kippa. J’étais avec le grand Rabbin de France dans un café, il est entré avec sa kippa et je ne lui ai pas arraché d’un geste violent en pensant qu’il était en train de porter atteinte à la République ».

Vincent Peillon a mis la laïcité au cœur de son engagement politique. « Je suis un fou de laïcité » a-t-il revendiqué. Il souhaite dans ce sens que ce principe soit utilisé pour pacifier plutôt que d’opposer les uns aux autres.

Dans la même thématique

PARIS: MEDEF, Audition des principales tetes de liste aux prochaines elections europeennes
10min

Politique

Européennes 2024 : les « planètes » sont-elles alignées pour permettre à Raphaël Glucksmann de « doubler » Valérie Hayer ?

Alors que les sondages montrent de plus en plus la liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksmann au coude-à-coude avec celle de la majorité présidentielle de Valérie Hayer, la question d’un croisement des courbes n’a jamais semblé aussi brûlante. Si l’optimisme reste de mise dans le camp Macron, « on peut se réveiller le 9 juin avec une énorme surprise », alertent certains. Du côté du PS, « on fait tout pour » reléguer les macronistes à la troisième place.

Le

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le