Peillon veut “sortir la religion du champ politique”

Peillon veut “sortir la religion du champ politique”

Le candidat à la primaire organisée par le Parti socialiste Vincent Peillon a affirmé lundi à Toulouse "vouloir sortir la...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le candidat à la primaire organisée par le Parti socialiste Vincent Peillon a affirmé lundi à Toulouse "vouloir sortir la religion du champ politique" et en avoir "assez qu'on nous parle toujours d'identité nationale et de religion".

"Aujourd'hui, on voit qu'on désigne les gens par des origines. Il faut cesser avec ça", a-t-il déclaré devant la presse lors d'une visite d'un stade dans le quartier populaire du Mirail.

"Nous voulons sortir la question religieuse du champ politique français, nous voulons parler d'éducation, nous voulons parler de logement, nous voulons parler du social et nous en avons assez qu'on nous parle toujours d'identité nationale et de religion", a déclaré l'ancien ministre de l'Education (2012-2014).

"Il y a certains Français aujourd'hui qui voudraient attiser les différences ou les haines entre les uns et les autres. La France et tous les enfants de France, quels que soient leur origine, leur religion, leurs milieux sociaux; tous les enfants de France, en réalité, veulent le contraire", a-t-il insisté.

"Il faut de l'apaisement, il faut de la confiance, il faut des mains tendues. C'est ce dont nous avons besoin. Je veux être le candidat de ce sursaut-là, de cette fraternité-là entre les uns et les autres", a-t-il ajouté dans les locaux du club de foot AS Toulouse Mirail.

Peu après sa candidature à la primaire, le 11 décembre, Vincent Peillon avait pris ses distances avec l'ancien Premier ministre Manuel Valls, également candidat, affirmant porter "une idée humaniste de la laïcité républicaine qui est celle de 1905". Il avait aussi indiqué ne pas comprendre "qu'on ait pu soutenir des arrêtés contre le burkini" (comme l'a fait M. Valls).

A l'initiative de M. Peillon, des chartes de la laïcité à l'école avaient été mises en place à la rentrée 2013 dans tous les établissements publics. Ce texte rappelle notamment aux élèves que "chacun est libre de croire ou de ne pas croire".

Un peu plus tôt dans la journée, M. Peillon s'était rendu dans la localité de Cintegabelle (Haute-Garonne) ancien fief du Premier ministre Lionel Jospin et candidat malheureux à la présidentielle de 2002.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Peillon veut “sortir la religion du champ politique”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le