Penelopegate : « Il y a une inquiétude à Bruxelles » selon Moscovici

Penelopegate : « Il y a une inquiétude à Bruxelles » selon Moscovici

Les dirigeants européens s’inquiètent que cette affaire autour de François Fillon profite à Marine Le Pen. Dans le même temps, Pierre Moscovici critique le « ni gauche ni droite » d'Emmanuel Macron.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Invité de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio, le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici n’a pas voulu s’exprimer sur le Penelopegate, mais affirme que cette affaire inquiète jusqu’à Bruxelles.

« La France est un pays décisif à Bruxelles, cette élection présidentielle est majeure. (…) Il y a une interrogation et une inquiétude. L’interrogation c’est : comment cela débouche sur une élection saine ? Et l’inquiétude est que cela profite à Madame Le Pen, avec le populisme qui l’emporte ».

«Il faut que la justice fasse vite son travail pour qu’on arrive à un débat de fond » ajoute-t-il. « Ce dont les Français auront envie c’est qu’on parle des projets pour le pays ».

L’ancien directeur de campagne de François Hollande pour la présidentielle de 2012 n’assistera pas à l’investiture de Benoît Hamon ce dimanche. Si en tant que commissaire européen il ne peut pas s’impliquer dans la campagne, il reconnaît quelques points de divergences avec Benoît Hamon, notamment sur l’Europe. « J’ai eu un candidat durant cette élection, et il a un nom : la gauche européenne. (…)Il y a des déclarations que je ne partage pas. Quand Benoît Hamon s’exprime en disant que l’Europe n’a pas à intervenir au niveau social, je pense qu’il a tort ».

« Benoît Hamon est un homme intelligent qui sait bien que le cœur de la social-démocratie est un équilibre entre cette gauche et l’Europe.  Il lui appartient maintenant de rassembler la famille socialiste, et d’avoir une part importante de reconnaissance du bilan, auquel il a participé ».

Pierre Moscovici sur Benoît Hamon
01:07

Pierre Moscovici insiste sur l’importance du clivage droite-gauche. « Je pense que ce clivage est nécessaire à la vie politique. Quand on ne sait pas bien comment les choses sont situées, on débouche sur des programmes trop flous et ambigus qui conduisent à décevoir ». Une attaque qui vise directement Emmanuel Macron, candidat « ni de droite, ni de gauche ». 

« Je ne pense pas qu’Emmanuel Macron soit l’avenir de la gauche » explique-t-il. « Je pense qu’on a besoin d’être situé politiquement, et quand un parti politique se définit trop par rapport à une personne, je pense que ce n’est pas quelque chose de solide dans le temps ».

Pierre Moscovici : " Je ne pense pas qu'Emmanuel Macron soit l'avenir de la gauche "
00:53

Alors que les dirigeants européens se réunissent aujourd’hui à Malte autour de la question du Brexit et de l’Amérique de Donald Trump, Pierre Moscovici prône la nécessité de l’unité face aux bouleversements géopolitiques. « Dans le monde où nous vivons, avec les Etats-Unis, la Russie de Poutine et la Chine qui est surpuissante, nous n’avons pas le droit de nous diviser. Si nous sommes 27 nains face à ces puissances mondiales, nous ne pesons pas. Mais si nous sommes 507 millions d’habitants, première puissance économique et grande puissance politique, nous pouvons dessiner un 21e siècle européen ».

Dans la même thématique

Penelopegate : « Il y a une inquiétude à Bruxelles » selon Moscovici
4min

Politique

« C’est à gerber ! » : les propos d’Emmanuel Macron sur les personnes transgenres ne passent pas auprès de Mélanie Vogel

Au micro de Public Sénat, la sénatrice écologiste des Français de l’étranger s’est ulcérée des récents propos polémiques du chef de l’Etat à l’encontre du Nouveau Front Populaire (NFP), dont il a accusé de défendre une politique « immigrationniste » et de tenir des propos « complètement ubuesques » sur le changement d’état civil en mairie pour les personnes transsexuelles.

Le

Demonstration against the far right, Paris, France – 15 June 2024
8min

Politique

Programme du « Nouveau Front populaire » : l’épineuse question du chiffrage

Abrogation de la réforme des retraites, hausse des salaires, progressivité de la CSG… le coût supposé du programme présenté par le « Nouveau Front populaire » est pointé du doigt par les autres formations politiques, notamment les soutiens d’Emmanuel Macron. Les représentants des partis de gauche se sont réunis ce mercredi pour s’accorder sur un chiffrage commun.

Le

Elections Europeennes bureau de vote a Nice
10min

Politique

Législatives : RN, Nouveau Front Populaire, majorité présidentielle, à qui profiterait une forte participation ?

Alors que le 1er tour des élections législatives approche à grand pas, un indicateur est particulièrement scruté par analystes et politiques : la participation. Estimée entre 62 et 65% selon les différents instituts, elle pourrait ainsi être supérieure de 20 points à celle du précédent scrutin. Ce sursaut démocratique peut-il faire basculer l’élection dans un camp ou dans l’autre ? Décryptage avec Erwan Lestrohan, directeur conseil chez Odoxa.

Le