Pesticides: Borne veut interdire “tous les usages non agricoles avant cet été”

Pesticides: Borne veut interdire “tous les usages non agricoles avant cet été”

La ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne a annoncé vendredi vouloir interdire "avant cet été" tous les "usages non...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

La ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne a annoncé vendredi vouloir interdire "avant cet été" tous les "usages non agricoles" des pesticides, déjà bannis pour les collectivités et les particuliers.

Interrogée sur franceinfo sur la hausse des ventes de pesticides de 21% en 2018, en dépit des plans gouvernementaux successifs pour en diminuer l'usage, la ministre a souligné que les usages non agricoles avaient en revanche chuté de 70%.

"Là, on a une baisse très importante avec les interdictions qui ont été posées pour les collectivités, pour les citoyens". "Je souhaite qu'on aille plus loin et qu'on interdise tous ces usages non agricoles avant cet été", a-t-elle ajouté, une mesure qui concernerait seulement les espaces collectifs privés.

La loi interdit en effet déjà depuis 2017 l'utilisation de produits phytosanitaires chimiques par les collectivités pour entretenir les espaces publics (parcs, squares, cimetières, voirie...).

Même interdiction depuis janvier 2019 pour les particuliers et jardiniers amateurs qui ne peuvent utiliser que des produits d'origine naturelle.

Leur usage reste autorisé seulement sur les espaces verts privés non ouverts au public, comme les copropriétés et les terrains gérés par les entreprises, notamment la SNCF, grande utilisatrice de glyphosate pour désherber ses voies et leurs abords immédiats.

Dans la même thématique

Strasbourg : European Parliament session
6min

Politique

Européennes 2024 : que disent les derniers sondages sur les tendances ?

Jordan Bardella reste toujours loin devant, quand Valérie Hayer peine à contenir la dynamique de Raphaël Glucksmann. Le candidat PS/Place Publique talonne de plus en plus la liste de la majorité présidentielle. Manon Aubry pour LFI progresse un peu, quand François-Xavier Bellamy est plus ou moins stable.

Le