Petit bain de foule pour Emmanuel Macron au Touquet

Petit bain de foule pour Emmanuel Macron au Touquet

Emmanuel Macron, qui passe le week-end de Pâques en famille dans la maison de son épouse Brigitte au Touquet, s'est offert un petit bain de...
Public Sénat

Par Julia PAVESI

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Emmanuel Macron, qui passe le week-end de Pâques en famille dans la maison de son épouse Brigitte au Touquet, s'est offert un petit bain de foule dimanche dans la station balnéaire du Pas-de-Calais.

Le président de la République est arrivé samedi soir à la villa Monéjan après avoir suivi depuis l'Elysée la 23e journée de mobilisation des "gilets jaunes", émaillée d'incidents à Paris.

Alors que de nombreux badauds attendaient dès dimanche matin aux abords de la maison de cette station balnéaire huppée dans l'espoir de le voir, le chef de l'Etat est finalement sorti, entouré de sa garde rapprochée, vers 12H30.

"Bravo, président !", "Continuez président !", ont crié plusieurs personnes au sein de la foule qui s'attroupait autour de lui pour le prendre en photo.

Certains étaient là par curiosité, d'autres par sympathie politique. Emmanuel Macron a serré des mains et échangé quelques mots.

- "Injuste ce qui lui arrive" -

Le bain de foule a duré environ un quart d'heure, sur quelques mètres, avant que les journalistes, présents en nombre, soient bloqués par le service d'ordre.

Le président Emmanuel Macron (D) prend un bain de foule au Touquet (Pas-de-Calais), le 21 avril 2019
Le président Emmanuel Macron (D) prend un bain de foule au Touquet (Pas-de-Calais), le 21 avril 2019
AFP

"C'est injuste ce qui lui arrive, pour l'homme, le chef de l'Etat et la démocratie", a affirmé Séquina, enseignante à la retraite, en référence à la crise des "gilets jaunes", après avoir lancé en direction de la presse: "enregistrez ceux qui soutiennent le président !"

"On l'a soutenu depuis qu'il est ministre", a renchéri Michel, chef d'entreprise touquettois dont le fils dirige le club de tennis où M. Macron a ses habitudes.

Si les sondages sont en berne pour le président de la République --27% (-5) de Français satisfaits, soit le plus faible niveau d'adhésion depuis son élection en 2017, pour Opinionway, 32% (+3) selon BVA, deux baromètres publiés ce week-end-- cet adhérent de La République en marche "le soutient plus que jamais" et montre fièrement sur son portable une photo de son fils avec Emmanuel Macron sur un court, raquettes à la main.

Brigitte Macron, qui est arrivée dès jeudi soir dans la station balnéaire, se rend régulièrement au Touquet mais la dernière visite sur place du chef de l'Etat remonte au week-end de Pâques, il y a un an, le 1er avril.

Il s'était déjà offert à cette occasion un bain de foule dans les rues de la station balnéaire avant d'aller jouer au tennis.

Dimanche matin, il n'est finalement pas allé à la messe pascale, contrairement à ce qu'avaient indiqué des sources concordantes samedi. Un repérage avait eu lieu dans l'église Sainte-Jeanne d'Arc en vue de sa sécurisation.

A l'occasion de cette visite privée, la sécurité a été renforcée aux alentours de la maison du couple présidentiel, devant laquelle plusieurs manifestations de "gilets jaunes" ont eu lieu ces derniers mois.

Pendant toute la matinée, des gendarmes interdisaient aux piétons de rester statiques devant la maison des époux Macron.

Dans la même thématique

FRANCE–EUROPEAN PARLIAMENT-ELECTION
14min

Politique

Européennes 2024 : tout savoir sur les « petites » listes

A côté des grosses machines électorales, elles existent difficilement dans les médias traditionnels, misant plutôt sur les réseaux sociaux. Entre une flopée de listes écologistes, des listes souverainistes et des micros partis, tour d’horizon de ces listes qui devraient avoir le plus grand mal à avoir des eurodéputés, mais dont la présence est loin d’être neutre pour le scrutin du 9 juin.

Le

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le