« Petites lignes » SNCF : « On ne peut pas continuer comme ça » estime Karoutchi

« Petites lignes » SNCF : « On ne peut pas continuer comme ça » estime Karoutchi

Roger Karoutchi, sénateur (LR) des Hauts-de-Seine, souhaite que l’on agisse au « cas par cas », s’agissant des petites lignes SNCF, non rentables.  
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Après la remise du rapport Spinetta, qui préconise une forte transformation de la SNCF, le gouvernement a reçu, lundi, la direction et les syndicats de l’entreprise.

Une des propositions très discutée de ce rapport, est celle qui recommande de fermer les lignes non rentables. Un sujet sensible chez beaucoup de sénateurs, défenseurs des territoires, qui se sont émus de cette possibilité, quelle que soit leur étiquette politique.  

Roger Karoutchi, sénateur (LR) des Hauts-de-Seine, ne se situe pas vraiment dans cette veine : « Tout ne peut pas être bénéficiaire. Il peut y avoir des lignes extrêmement utiles, même si elles ne le sont pas (…) Il faut faire du cas par cas. Maintenant ce qui est vrai, c’est que certaines lignes totalement déficitaires, n’ayant pratiquement plus, ou très peu de voyageurs, peuvent être remplacées probablement par des lignes de car. »

Et il ajoute : « Est-ce qu’un train vide qui circule, qui bloque, qui nécessite des gares, qui nécessite du personnel, ça n’est pas au final, beaucoup plus ravageur, qu’un service de cars bien fait ? (…) Je crois que c’est Elisabeth Borne [la ministre des transports – NDLR]  qui disait que dans certains cas, même un service taxi suffirait. Parce que certaines rames sont avec quatre, cinq voyageurs. Donc il faut trouver des solutions. Je ne dis pas qu’il faut tout fermer, mais en tout cas, on ne peut pas continuer comme ça. »

Dans la même thématique

« Petites lignes » SNCF : « On ne peut pas continuer comme ça » estime Karoutchi
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le