Philippe aux grévistes: “que chacun prenne ses responsabilités” pour Noël

Philippe aux grévistes: “que chacun prenne ses responsabilités” pour Noël

"Que chacun prenne ses responsabilités": le Premier ministre Édouard Philippe a prévenu les grévistes opposés à la réforme des...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

"Que chacun prenne ses responsabilités": le Premier ministre Édouard Philippe a prévenu les grévistes opposés à la réforme des retraites que les Français risquent de ne pas "accepter" d'être "privés" des fêtes de Noël, dans un entretien au Parisien dimanche.

"Je vois bien que tout le monde voit arriver Noël avec inquiétudes. Noël, c’est un moment important. Mais il faudra que chacun prenne ses responsabilités. Je ne crois pas que les Français accepteraient que certains puissent les priver de ce moment", a déclaré le chef du gouvernement, après dix jours d'un mouvement perturbant fortement les transports.

"Je ne dirais pas que tout le pays est en grève. Ce n'est pas un blocage total, mais c'est pénible. Le droit de grève existe, mais cet impact sur des millions de Franciliens, notamment, c’est aussi ce qui est recherché par certaines organisations syndicales", condamne-t-il, faisant évoluer son ton sur cette grève.

Quant aux entreprises pénalisées, "nous réfléchissons à (…) des mesures de lissages pour le paiement de leurs cotisations sociales, afin qu’(elles) arrivent à passer le cap", comme au moment de la crise des "gilets jaunes", ajoute M. Philippe.

Face au besoin d'un simulateur pour permettre à chacun de mesurer les effets de la réforme, le locataire de Matignon affirme qu'"on est en train de le construire, ce n'est pas facile", car "il faut que toutes les hypothèses, toutes les données soient stabilisées".

Il a demandé avant mercredi aux équipes du haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye un "maximum de cas types", par exemple sur le cas d'un professeur de 50 ans avec 3 enfants. Et le simulateur "complet" devra être prêt "courant 2020, de préférence début 2020".

Pourquoi ne pas faire passer la réforme par points par référendum? "Juridiquement, ce n’est pas du tout impossible" mais "les députés ont été élus pour faire ce qui a été promis" et "je pense donc qu’un examen par le Parlement est indispensable", a répondu le Premier ministre.

Il ne se "pose pas" la question d'une éventuelle démission en cas d'échec de cette réforme: "Sinon, on ne fait plus rien. Cette réforme, j’y crois. Je suis déterminé. C’est pour cela que je suis calme".

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le