Philippe: “proximité évidente” entre Juppé et Macron sur l’Europe

Philippe: “proximité évidente” entre Juppé et Macron sur l’Europe

Edouard Philippe a souligné lundi la "proximité évidente" sur la question européenne entre Emmanuel Macron et Alain Juppé, qui a...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Edouard Philippe a souligné lundi la "proximité évidente" sur la question européenne entre Emmanuel Macron et Alain Juppé, qui a tendu ces derniers jours la main au chef de l'Etat en vue des élections européennes de 2019.

"Tout le monde sait la proximité que je peux avoir avec Alain Juppé", a rappelé le Premier ministre sur France Inter, interrogé sur l'offre de service du maire de Bordeaux.

"Ce que je sais, c'est que lorsque j'étais son porte-parole (durant la primaire de la droite de 2016, ndlr), j'ai soutenu toute une série d'options, de choix, de visions, d'attitudes que je retrouve dans ce que nous sommes en train de faire sous l'autorité du président de la République", a ajouté M. Philippe.

Sur l'Europe, "j'entends chez Alain Juppé comme chez beaucoup d'autres d'ailleurs une proximité évidente avec ce que dit le président de la République", a fait valoir le chef du gouvernement.

"Peut-être faudra-t-il en tirer les conséquences sur le plan politique mais comme le dit Alain Juppé, on n'en est pas là", a-t-il conclu.

Alain Juppé a tendu la main, avant d'atténuer ses propos, à Emmanuel Macron en prônant un "grand mouvement central" avec le chef de l'Etat aux élections européennes, une idée qui ne convainc pas des ténors des Républicains, en particulier Laurent Wauquiez.

"J'ai du respect pour Alain Juppé" mais "j'observe qu'il n'y a pas si longtemps (...) il aurait déclaré qu'Emmanuel Macron était un traître aux idées ringardes. Aujourd'hui il semble cautionner l'idée d'un pôle central. Je lui dis +ne confondons pas pôle central et pôle centriste+", a réagi sur Sud Radio l'eurodéputé LR Brice Hortefeux, soutien de Laurent Wauquiez pour la présidence de LR et sarkozyste historique.

"Le pôle central, ce sera nous et les élections européennes se feront autour du pôle central que seront Les Républicains", a-t-il insisté.

Interrogé sur l'éclatement de la droite républicaine, M. Hortefeux a ensuite assuré: "Il y a un objectif, qui est l'objectif du Président de la République, l'objectif d'un certain nombre de ceux qui le soutiennent qui se baptisent Constructifs, qui n'ont qu'une seule ambition, c'est de détruire. Ce sont les destructifs. L'objectif, c'est de tuer le Parti socialiste et d'affaiblir la droite républicaine".

Mais "nous sommes là et nous sommes bien là", a-t-il assuré, concluant: "je suis sincèrement optimiste sur la force que représenteront Les Républicains à partir du mois de janvier et je vous le dis, les vacances de la majorité sont finies".

Dans la même thématique

Philippe: “proximité évidente” entre Juppé et Macron sur l’Europe
5min

Politique

Retraites : « Nous pourrons redéposer un référendum d'initiative partagée, nous le ferons », annonce Patrick Kanner

En marge des questions au Gouvernement, le président du groupe socialiste au Sénat Patrick Kanner a réagi à la volonté de la présidente de l’Assemblée nationale de déclarer irrecevable le débat sur l’abrogation de la retraite à 64 ans. Le sénateur annonce vouloir déposer un Référendum d’Initiative Partagée d’ici moins d’un an.

Le

Philippe: “proximité évidente” entre Juppé et Macron sur l’Europe
5min

Politique

Abrogation de la retraite à 64 ans : « Yaël Braun-Pivet se plie au président », tacle Olivier Faure

Invité ce mercredi 7 juin de la matinale de Public Sénat, Olivier Faure, le premier secrétaire du PS, annonce qu’il ne participera plus aux travaux parlementaires initiés par la présidente de l’Assemblée nationale, notamment sur la réforme des institutions, si celle-ci prononce, comme annoncée, l’irrecevabilité des amendements d’abrogation de la retraite à 64 ans.

Le