« Philippot a violenté le FN » pour Paul-Marie Coûteaux

« Philippot a violenté le FN » pour Paul-Marie Coûteaux

L’ancien député européen, Paul-Marie Coûteaux, est l’homme qui a fait se rencontrer Marine Le Pen et Florian Philippot. Pour ce fervent  partisan de l’union des droites, l’ancien vice-président du FN «  a violenté le parti » en le tirant vers la gauche pendant des années.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Après des mois de tensions internes Florian Philippot a donc décidé de quitter le Front National. « On m'a dit que j'étais vice-président à rien... Écoutez, je n'ai pas le goût du ridicule, je n'ai jamais eu le goût de rien faire, donc bien sûr je quitte le Front national » a déclaré l’ancien numéro 2 du FN ce matin. Marine Le Pen avait , en effet, décidé de le rétrograder rang de vice-président sans délégation. Une sanction  pour avoir refusé de mettre un terme au « conflit d'intérêts »  généré par son rôle à la tête de son association Les Patriotes lancée mi-mai.

« On sentait bien qu'il y avait une stratégie de montée des tensions depuis la création de cette association Les Patriotes. J'ai quand même assez de bouteille politique pour avoir tout de suite compris qu'il ne s'agissait évidemment pas là d'un think-tank interne mais d'un parti politique, qui en avait d'ailleurs toutes les caractéristiques », a  réagi Marine Le Pen avant d’affirmer : « Le Front s'en remettra sans difficulté ». (Voir les réactions politiques)

« Cela démontre les carences intellectuelles et politiques de Marine Le Pen »

Une analyse loin d’être partagée par Paul-Marie Coûteaux. L’ancien président du Siel fut, un temps, proche de Marine Le Pen. En 2009, peu avant les élections européennes, c’est lui qui présenta à la fille de Jean-Marie Le Pen, Florian et Damien Philippot. « Je lui avais présenté pour que Florian remette de l’ordre dans le secrétariat et qu’il lui insuffle un peu de culture politique. J’étais loin de penser qu’elle lui remette les clés du FN. Cela démontre les carences intellectuelles et politiques de Marine Le Pen. Florian Philippot l’a complètement subjugué.» tacle-t-il aujourd’hui.

« C’est Mélenchon qui a raflé le populisme de gauche »

Or, pour l’ancien député européen, la rupture entre les deux était « inéluctable ». « La stratégie de Florian Philippot a échoué. Il a tiré le FN vers la gauche sans voir que c’est Mélenchon qui a raflé le populisme de gauche. Il a violenté un parti qui était historiquement de droite » regrette l’ancien président du RIF (Rassemblement pour l’indépendance et la souveraineté de la France)

Que va-t-il advenir du Font national ? À cette question, Paul-Marie Coûteaux « n’est pas sûr » que le parti fondé par Jean-Marie Le Pen « perdure ». Partisan de l’union des droites, l’un de ses textes a d’ailleurs inspiré deux discours de Marine Le Pen et de François Fillon, lors de la campagne présidentielle (voir notre article). Il estime que ses idées se retrouvaient désormais du côté de Nicolas Dupont-Aignan. Un rapprochement que Marine Le Pen n’a fait que tardivement et ponctuellement, lors de l’entre-deux tours de la campagne présidentielle. « Marine Le Pen n’a pas voulu de ce rapprochement. Elle est plus à gauche qu’à droite. C’’est une fille de mai 68 » conclut Paul-Marie Coûteaux.

Dans la même thématique

« Philippot a violenté le FN » pour Paul-Marie Coûteaux
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le