Philippot lance “Les Patriotes”, une association “dans le FN”

Philippot lance “Les Patriotes”, une association “dans le FN”

Florian Philippot, vice-président du Front national contesté en interne pour son intransigeance sur la sortie de l'euro, lance...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Florian Philippot, vice-président du Front national contesté en interne pour son intransigeance sur la sortie de l'euro, lance cette semaine une "association au sein du FN" nommée "Les Patriotes", a-t-il indiqué lundi à l'AFP, confirmant une information de L'Opinion.

Cette association aura pour but de "défendre et porter le message de Marine Le Pen au soir du second tour de l’élection présidentielle". Marine Le Pen avait annoncé une "transformation profonde" à venir du Front national, qui pourrait passer par un changement de nom du parti vieux de près de quarante-cinq ans.

M. Philippot sera président de l'association. Trois vice-présidents seront nommés: son lieutenant Sophie Montel, eurodéputée depuis 2014; le comédien Franck de Lapersonne, qui a rallié le FN lors du lancement de la campagne présidentielle de Marine Le Pen à Lyon et qui sera candidat aux législatives; Maxime Thiébaut, ex-délégué national du parti de Nicolas Dupont-Aignan, Debout la France, qui a annoncé lundi son ralliement au FN et qui sera candidat aux législatives en Saône-et-Loire.

Le conseiller régional FN Eric Richermoz, autre proche de M. Philippot, sera le "secrétaire général" de l'association, dont le nom avait été déposé à l'Institut national de la propriété intellectuelle par Joffrey Bollée, directeur de cabinet de M. Philippot, en avril 2015.

S'il sera possible d'adhérer à l'association "Les Patriotes" sans être membre du FN, M. Philippot a assuré à l'AFP qu'il n'y avait "aucune raison" de voir dans cette association une concurrence pour le FN. "C'est juste une association dans le FN et pour la victoire de Marine Le Pen", a-t-il dit.

Le numéro deux du FN avait indiqué jeudi qu'il quitterait le FN si celui-ci retirait de son programme la sortie de l'euro. "Un parti qui défend la Nation" ne peut "renoncer à un débat qui est essentiel", avait-il précisé.

"Nous ne pourrons pas faire l'économie d'une réflexion. Le débat est toujours préférable au chantage", l'a mis en garde lundi dans le Figaro le numéro trois du parti de Marine Le Pen, Nicolas Bay, se faisant ainsi l'écho de nombreux cadres et dirigeants du parti qui imputent à cette sortie de l'euro, pourtant largement éducolrée pendant la campagne présidentielle, une partie de la défaite de second tour.

Dans la même thématique

Philippot lance “Les Patriotes”, une association “dans le FN”
3min

Politique

Drapeau palestinien à l’Assemblée : « Reconnaître un Etat palestinien, aujourd’hui, ce serait légitimer le Hamas », estime Jordan Bardella

Invité ce mercredi 29 mai de Public Sénat, Jordan Bardella, tête de liste RN pour les élections européennes, a dénoncé les positions de LFI sur le conflit à Gaza et leur attitude dans le débat public. Le président du RN estime que la reconnaissance d’un Etat palestinien n’est plus d’actualité depuis les attaques du 7 octobre.

Le

Philippot lance “Les Patriotes”, une association “dans le FN”
8min

Politique

Encadrement des cabinets de conseil : le Sénat « revient à l’esprit de la commission d’enquête » en deuxième lecture

Les sénateurs ont adopté à l’unanimité en deuxième lecture la proposition de loi, née en 2022 des préconisations de leur commission d’enquête sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques. Ils ont rétabli plusieurs « ambitions » du texte initial, contre l’avis du gouvernement, tout en acceptant certaines rédactions de compromis avec les députés.

Le

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le