Philippot: le FN doit “sortir de la tambouille interne”

Philippot: le FN doit “sortir de la tambouille interne”

"Ce qu'il faudrait clarifier", c'est que le Front national "sorte de la tambouille interne" et devienne "audible" face à Emmanuel...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

"Ce qu'il faudrait clarifier", c'est que le Front national "sorte de la tambouille interne" et devienne "audible" face à Emmanuel Macron, a répondu lundi Florian Philippot à Marine Le Pen, qui l'a sommé de clarifier sa situation au sein du parti.

Que signifie "clarifier votre position" ? "Je ne sais pas. Ma position est extrêmement claire", a répondu M. Philippot sur France Inter.

"Bien évidemment, je ne quitterai pas la présidence des Patriotes", le mouvement qu'il a créé au sein du FN. "Ca n'est pas une opposition. Il y a déjà eu et il y a encore actuellement d'autres vice-présidents qui dirigent des associations", a poursuivi le vice-président du FN.

"Ce qu'il faudrait clarifier pour le coup, ce serait qu'on sorte de la tambouille interne et qu'on soit audible sur le fond face à Macron". Car "pendant ce temps-là, Macron avance comme dans du beurre et nous ne sommes pas là avec suffisamment de force et suffisamment audibles, conquérants, pour opposer des choses à la loi travail, à la hausse de la CSG, à l'austérité, à la crise migratoire et au fondamentalisme islamiste qui continue d'avancer dans notre pays", a-t-il dit.

Interrogé dans la soirée sur BFMTV, le secrétaire général du FN Nicolas Bay a estimé que l'association des Patriotes donnait "le sentiment qu'elle organise de façon un peu distincte, en doublonnant un peu, la procédure de refondation qui se mène à l'intérieur du Front national".

"Il peut y avoir des associations qui gravitent à la périphérie du mouvement. Là, dans le cas précis c'est une association qui a un peu les caractéristiques (...) d'un parti politique", a-t-il déclaré.

Marine Le Pen a dit qu'il fallait que Florian Philippot "clarifie". "Je pense qu'il sera raisonnable et qu'il le fera, parce que c'est l'intérêt du mouvement, de notre combat, et je crois surtout que c'est ce qu'attendent les Français, les électeurs du Front national et même ceux qui auraient vocation à nous rejoindre", a-t-il poursuivi.

"Je ne suis pas favorable à une politique de rediabolisation", a également affirmé M. Philippot. "Je ne suis pas favorable à ce que d'un coup, on se considère à la droite de la droite alors que nous avons toujours expliqué que le clivage gauche-droite c'était terminé, que c'était désuet et que ça servait à enfumer les Français".

"Nous avons fait des scores électoraux absolument inédits, et il faut maintenant que nous soyons encore plus rassembleurs et plus ouverts. C'est le but notamment de mon association", a déclaré M. Philippot selon qui le FN n'y parviendra pas "en se repliant sur quelques sujets. L'immigration et l'insécurité, c'est très important mais on ne peut pas parler que de cela. On sera majoritaires dans le pays si on parle à tous les Français, sans exception, et si on parle de tous les sujets".

Abandonner la sortie de l'euro ? "Je ne vois pas pourquoi (Marine Le Pen) ferait cela. Mais oui, si elle fait cela, ce sera sans moi", répond-il.

Dans la même thématique

Paris: Francois-Xavier Bellamy during a press conference
12min

Politique

Européennes : un rapprochement entre LR et le groupe d’extrême droite ECR est-il envisageable au Parlement européen ?

Alors que le compromis est la règle en Europe, la tête de liste LR aux européennes assume de voter « très souvent » au Parlement européen avec des « collègues du groupe ECR », l’un des deux groupes d’extrême droite, où siège le parti de Giorgia Meloni. La première ministre italienne pourrait se retrouver au centre des discussions au lendemain du scrutin. Au sein des LR, la prudence reste de mise, mais certains, comme Julien Aubert, vice-président du parti, plaident pour « s’allier avec ECR ».

Le

FRA – EMMANUEL MACRON – MARINE LEPEN – RN – ELYSEE
7min

Politique

Débat Macron-Le Pen sur les européennes : « S’il avait lieu, ça commencerait à poser un sérieux problème démocratique », analyse Bruno Cautrès 

A deux semaines du scrutin des européennes, Emmanuel Macron a déclaré être « prêt à débattre maintenant » avec Marine Le Pen. Alors que la liste de la majorité présidentielle, menée par Valérie Hayer, se fait largement distancer par celle de Jordan Bardella, le principe de la confrontation arrange-t-il les deux camps ? Quels sont les enjeux d’un tel débat ? Décryptage.

Le

Paris: EELV lancement campagne elections europeennes
7min

Politique

Européennes 2024 : que contient le programme des Écologistes ?

A moins de deux semaines du scrutin, les sondages sont de moins en moins favorables au parti écologiste qui pourrait ne pas atteindre le seuil des 5 %. Au long d’un programme détaillé, Marie Toussaint dévoile une vision globale du futur de l’Union européenne en mettant l’accent sur la « bifurcation sociale et écologique ».

Le