Philippot (Les Patriotes) appelle à “soutenir les mouvements sociaux”, dont celui à la SNCF

Philippot (Les Patriotes) appelle à “soutenir les mouvements sociaux”, dont celui à la SNCF

Florian Philippot, président des Patriotes, a affirmé que son mouvement soutiendrait "les mouvements sociaux, à commencer par...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Florian Philippot, président des Patriotes, a affirmé que son mouvement soutiendrait "les mouvements sociaux, à commencer par celui de la SNCF", mardi dans un communiqué.

"Très concrètement, nous serons sur le terrain pour soutenir les mouvements sociaux, à commencer par celui de la SNCF, pour faire le lien entre le Frexit et les luttes sociales", a-t-il indiqué.

"Les Patriotes appellent les Français à ouvrir les yeux et à mettre un coup d'arrêt à ce projet global de démantèlement de la France", a-t-il déclaré.

La réforme par ordonnances de la SNCF "fait suite à celle de la loi Travail selon la même méthode antidémocratique, qui elle-même s'ajoute au Ceta ou aux négociations avec le Mercosur, menaçant gravement notre agriculture, sont autant de dossiers qui impliquent directement les politiques de l'Union européenne mais dont personne, étonnamment, ne veut parler", a-t-il souligné.

"Ce qui se joue aujourd'hui dépasse très largement les inconvénients, parfois lourds, des blocages à venir", selon l'ex numéro deux du Front national.

La présidente du FN Marine Le Pen n'a de son côté pas appelé à participer aux éventuelles actions et manifestations dont discutent actuellement les syndicats contre la réforme de la SNCF, estimant que "la manifestation c'est quelque part une culture de gauche" et que les syndicats "ont tous appelé à voter pour monsieur (Emmanuel) Macron" à la présidentielle de mai.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le