Photo de Macron aux Antilles : « J’ai mal à ma France » tacle Jean Leonetti

Photo de Macron aux Antilles : « J’ai mal à ma France » tacle Jean Leonetti

Invité de l’émission Territoire d’Infos sur Public Sénat et les Indés Radios, Jean Leonetti, premier vice-président des Républicains est revenu sur les polémiques autour du déplacement d’Emmanuel Macron aux Antilles.
Public Sénat

Par Yann Quercia

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Depuis dimanche, une photo d'Emmanuel Macron à Saint-Martin fait polémique. Il s’affiche aux cotés d'un ancien braqueur et d'un autre jeune, torse nu, faisant un doigt d'honneur. Jean Leonetti revient sur ces photos et tacle le Président « Le Président n'est pas obligé d'aller au contact trop proche des habitants (...) Il y a des images qui me mettent mal à l'aise. Les photos bras dessus, bras dessous avec un délinquant, les propos qui sont tenus, des gestes obscènes : j’ai mal à la Présidence, j’ai mal à ma France. »

Le Maire d’Antibes met en garde Emmanuel Macron : « Je trouve qu’il y a une dégradation de la fonction qui va au-delà de la personne d’Emmanuel Macron. J’ai envie de lui dire Monsieur le Président, soyez Président (…) Il abîme la fonction. Il faut qu’il fasse attention, il est Président de la République. Quand on est Président, on doit faire attention à la manière on se comporte. »

Interrogé sur une comparaison avec l’attitude de Nicolas Sarkozy, il répond : « Il y a une différence entre l’attitude de Nicolas Sarkozy, dans lequel on renvient toujours sur un ou deux écarts de paroles et la répétition des situations dans lesquelles Emmanuel Macron se met en difficulté soit par arrogance soit par promiscuité. On a le droit de se tromper, l’erreur est humaine. Persévérer c’est diabolique et là Emmanuel Macron est en train de persévérer. »

Dans la même thématique

Photo de Macron aux Antilles : « J’ai mal à ma France » tacle Jean Leonetti
3min

Politique

Crise agricole : « 80% des engagements sont tenus ou en passe d’être tenus », affirme Gabriel Attal

Interrogé par François Patriat, président du groupe RDPI (majorité présidentielle) au Sénat sur la crise agricole, le Premier Ministre a reconnu une situation difficile pour les agriculteurs français, déplorant « un malaise, une détresse, une exaspération qui vient de loin », tout en se réjouissant de la réponse apportée par le gouvernement à travers les 62 engagements promis lors de sa conférence de presse début février.

Le