Pièces d’identité : Le gouvernement dévoile « un plan d’urgence » pour réduire les délais d’ici l’été

Pièces d’identité : Le gouvernement dévoile « un plan d’urgence » pour réduire les délais d’ici l’été

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a présenté les contours d’un plan d’urgence visant à améliorer les délais de délivrance des passeports et des cartes nationales d’identité porté par le ministère de l’Intérieur. Le gouvernement espère un retour à la normale dans le traitement des demandes avant les vacances d’été.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Du fait de la situation sanitaire en 2020 et 2021, le nombre de demandes de renouvellement de cartes d’identité et de passeports a connu une hausse « inédite » sur l’ensemble du territoire. « Cela a conduit à une sollicitation sans précédent des communes […], les délais de prise de rendez-vous pour nos concitoyens qui s’établissent à 65 jours en moyenne à la fin du mois d’avril 2022, contre 27 jours en janvier et 11,5 jours en avril 20221 », explique le porte-parole.  « Ce qui a été présenté, c’est un plan d’urgence pour traiter toutes les demandes qui sont faites », affirme-t-il.

Interrogée par FranceInfo fin avril, Anne-Gaëlle Baudoin, directrice de l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS) espère également un retour au plus vite à une « situation normale en matière de rendez-vous et que personne ne soit empêché de partir en vacances ou contrainte d’une façon ou d’une autre. »

Augmentation des moyens humains pour les mairies et les préfectures

Pour résoudre cette situation administrative critique dans les communes, le ministère de l’Intérieur a annoncé des moyens supplémentaires. « 400 dispositifs de recueil de titres » seront installés « dans un délai d’un mois », dans les communes sous tension. Ces nouveaux moyens permettront « de démultiplier » les disponibilités jusqu’à 50 000 créneaux supplémentaires par semaine. 183 communes ont été définies comme prioritaires de ce dispositif par le gouvernement. L’exécutif prévoit « d’optimiser » le processus en prioritisant les demandes en fonction des urgences « notamment professionnelles. »

L’Etat s’engage à débloquer une enveloppe budgétaire de 10 millions d’euros pour permettre aux collectivités territoriales « de recruter des vacataires afin de recueillir ces demandes. » Le gouvernement planche également sur l’élaboration d’une plateforme en ligne de prise de rendez-vous « afin d’améliorer la fluidité en mairie. » Le ministère de l’Intérieur veut « aller plus vite dans le traitement des demandes en préfecture. » « 160 nouveaux agents ont été recrutés depuis le début de l’année 2022 pour cette mission, soit une hausse de 30 % des effectifs », a souligné Gabriel Attal.

Les cartes d’identité et les passeports expirés, autorisés pour les examens et le permis de conduire

Conscient du caractère extraordinaire de la situation, le gouvernement promet davantage de « souplesse » pour les étudiants passant des examens et « les candidats à l’inscription au permis de conduire. » Les pièces d’identité expirées depuis moins de cinq ans seront autorisées.

 

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le