Pierre Laurent « n’a pas pitié du Front national » contrairement à Mélenchon

Pierre Laurent « n’a pas pitié du Front national » contrairement à Mélenchon

Invité de l’émission « L’épreuve de vérité », le secrétaire du PCF Pierre Laurent, soutien de Jean-Luc Mélenchon,  se veut comme un rempart à l’éclatement de la gauche. Et étrille le Front national.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Alors que les choses ne se sont pas passées comme il le souhaitait, Pierre Laurent a dû s’accommoder de la candidature de Jean-Luc Mélenchon qui s’est faite sans qu’il ait été consulté : « J’ai tenté toute l’année 2016, d’infléchir cette construction puisque je souhaitais un rassemblement avec Jean-Luc Mélenchon, nous les communistes mais aussi les frondeurs et des écologistes, pour se donner toutes les chances de qualifier une politique de gauche au second tour de l’élection présidentielle. Maintenant, nous choisissons le candidat dont le programme est le plus proche du nôtre. Nous aurions pu, nous en avions les moyens, présenter une candidature mais nous aurions aggravé le problème de la dispersion ».

Et si le secrétaire du PCF se retrouve dans une majorité de propositions de Jean-Luc Mélenchon, Pierre Laurent est en complet désaccord avec le candidat de la France Insoumise qui juge que les banques sont injustes avec le FN : « Une fois de plus cette opération du Front national est un énorme bluff. Je pense que le FN n’a aucun problème de financement de sa campagne (…) Il faut effectivement défendre le pluralisme et le droit de chacun à se présenter à une élection présidentielle. En cela je comprends Jean-Luc Mélenchon. Mais en l’occurrence, avant de répondre ça, il faut peut être vérifier quand même cette information, qui est soi-disant livrée par le Front national. Ils nous font le coup à chaque élection présidentielle (…) Ils ne sont pas des victimes du système. Ils sont aujourd’hui tous les jours invités sur l’ensemble des chaînes médiatiques, ils sont promotionnés, ils sont banalisés. Ils ne sont pas contestés quand ils avancent des propositions qui mériteraient beaucoup le débat. Donc, je n’ai pas pitié du Front national ».

Pierre Laurent "Je suis un trait d'union"
00:51

Et si Pierre Laurent dit discuter avec Benoît Hamon et Arnaud Montebourg, le secrétaire du PCF, pense qu’ « il va être très difficile d’ici le 1er tour de l’élection présidentielle » de faire le rassemblement de la gauche.  Mais il se voit, tout de même être « un trait d’union ». Ainsi que le parti communiste : « Aujourd’hui, nous sommes un repère. Nous sommes une force qui permet de tenir la gauche alors que certains voudraient la faire voler en éclat. Et je pense que nous allons avoir besoin de reconstruire une nouvelle dynamique et il faut commencer ce travail maintenant. Pas le lendemain de l’élection présidentielle. Si la moindre occasion se présente, je la saisirai et j’essaierai de la favoriser ».

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le

Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024
4min

Politique

JO 2024 : les agents de sécurité privée vont-ils faire défaut ?

A trois mois des Jeux Olympiques, des incertitudes planent sur le nombre d’agents de sécurité privée mobilisés. Le préfet de police de Paris, Laurent Nunez indique « ne pas être inquiet pour l’instant ». Du côté des professionnels du secteur, on évalue un manque de 8 000 agents sur 40 000 nécessaires.

Le