Pierre-Yves Bournazel envisage la création d’une « force politique nouvelle »

Pierre-Yves Bournazel envisage la création d’une « force politique nouvelle »

Le député LR « constructif » de la 18ème circonscription de Paris, Pierre-Yves Bournazel, était ce matin l’invité de Territoires d’Infos, sur Public Sénat et Sud Radio. Alors que Les Républicains sont au bord de l’implosion, il livre sa vision pour l’avenir du parti.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le secrétaire général des Républicains, Bernard Accoyer, a lancé des procédures d’exclusion à l’encontre des LR ayant des responsabilités au gouvernement ou au sein du groupe parlementaire des « constructifs » à l’Assemblée. Le Premier ministre, Édouard Philippe, le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, ou encore les députés Thierry Solère et Franck Riester sont ainsi visés.

Pierre-Yves Bournazel regrette « ces vieilles méthodes politiques ». « Aujourd’hui, la seule réponse qu’on a c’est l‘exclusion. Moi je suis pour qu’on rassemble », tranche-t-il. Selon lui, agir ainsi « n’est pas tirer les leçons des échecs de la droite ». C’est, au contraire, « une très mauvaise idée ». « Ce n’est pas une bonne manière de respecter la pluralité des sensibilités de la droite et du centre », renchérit-il.

Pierre-Yves Bournazel : « Aujourd’hui, la seule réponse qu’on a c’est l‘exclusion. Moi je suis pour qu’on rassemble »
00:58

« La droite a tendance à être une droite identitaire »

Tenant d’une « droite modérée », Pierre-Yves Bournazel constate un « durcissement de la ligne idéologique de la droite, qui a tendance à être une droite identitaire », notamment représentée par Laurent Wauquiez.

Pierre-Yves Bournazel constate un « durcissement de la ligne idéologique de la droite, qui a tendance à être une droite identitaire »
02:00

Ce dernier souhaite d’ailleurs briguer la présidence du parti quand d’autres, comme Valérie Pécresse et Xavier Bertrand, y ont renoncé. Demain, à l’occasion du bureau politique des Républicains, la date de l’élection d’un nouveau président devrait être soumise. Selon le député de la 18ème circonscription de Paris, cette élection est une nécessité : « Le dernier président des LR élu c’est Sarkozy. Une direction intérimaire a été nommée après sa défaite à la primaire, mais elle n’a pas été élue donc cela pose un problème de légitimité. »

Son issue pourra toutefois déterminer le maintien de Pierre-Yves Bournazel au sein du parti. Alors qu’il a déjà un pied dehors en siégeant à l’Assemblée avec les « constructifs », il pourrait participer à la création d’une « force politique nouvelle » dans l’hypothèse où « (s)es idées et (s)es convictions ne se retrouvent pas dans Les Républicains », et donc en cas d’élection de Laurent Wauquiez. « Quand on s‘engage en vie politique, on se bat d’abord pour des idées et des convictions. On a du mal à les faire entendre dans Les Républicains. »

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le