Pitié-Salpêtrière: Bardella (RN) demande la démission de Castaner

Pitié-Salpêtrière: Bardella (RN) demande la démission de Castaner

La tête de liste du Rassemblement national aux européennes Jordan Bardella a demandé dimanche la démission de Christophe Castaner...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La tête de liste du Rassemblement national aux européennes Jordan Bardella a demandé dimanche la démission de Christophe Castaner, considérant que ce serait "extrêmement grave" si le ministre de l'Intérieur avait "sciemment menti" sur l'intrusion de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière le 1er mai.

"La réalité, c'est que les personnes au gouvernement qui se prétendent spécialistes de la chasse aux +fake news+ sont en réalité des manipulateurs de l'opinion", a-t-il affirmé lors du "Grand Jury" RTL-LCI-Le Figaro.

Plusieurs responsables d'opposition comme le chef de file de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon ou de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan ont demandé la démission de M. Castaner. Le ministre de l'Intérieur a reconnu avoir évoqué par erreur une "attaque" contre l'hôpital lors du défilé du 1er mai à Paris par des manifestants, avant de parler "d'intrusion" dans l'enceinte de l'établissement dont un portail avait été forcé.

"Soit Christophe Castaner est allé un peu trop vite en jetant de l'huile sur le feu, en parlant d'une attaque sur ce qui manifestement n'était qu'une simple intrusion sans violence. Soit Christophe Castaner a sciemment menti pour manipuler l'opinion là encore en jetant de l'huile sur le feu et c'est extrêmement grave", a estimé M. Bardella.

Pour lui, "si on ne peut pas avoir confiance dans la parole du ministre de l'Intérieur, c'est tout l'édifice républicain qui s'effondre".

"Quand on a prouvé son incompétence. Quand on est impuissant dans notre pays face aux milices d'extrême gauche qui viennent chaque week-end pourrir le mouvement des +gilets jaunes+. Quand on est à ce point impuissant face aux racailles dans les banlieues qui pourrissent la vie des Français contre lesquels strictement rien n'est fait, je pense qu'on doit partir", a-t-il encore insisté.

Son homologue de la France Insoumise, Manon Aubry a elle aussi à nouveau demandé le départ du ministre.

"C’est politiquement inacceptable qu’un ministre de l’Intérieur, un ministre qui occupe une fonction importante dans le dispositif d’Etat, dont le bilan est des violences policières, qui ment et qui instrumentalise l’opinion publique, soit encore en fonction. Je ne comprends pas que ce soit encore possible", a-t-elle affirmé sur France 3.

Interrogée sur la possibilité d'utiliser la loi sur les "fake news" à laquelle s'est opposé son parti, elle a affirmé :"oui.. peu importe sur le contenu de la loi exact. Je pense qu’on a une preuve évidente que c’est une fake news".

"On essaie de manipuler l'opinion avec Christophe Castaner. Je crois qu'il faut qu'il s'en aille", a-t-elle encore dit par la suite sur LCI.

Dans la même thématique

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le