Plainte de Fillon contre Le Canard enchaîné: l’enquête classée sans suite

Plainte de Fillon contre Le Canard enchaîné: l’enquête classée sans suite

L'enquête préliminaire ouverte après une plainte de François Fillon contre Le Canard enchaîné, pour un article sur les emplois de...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

L'enquête préliminaire ouverte après une plainte de François Fillon contre Le Canard enchaîné, pour un article sur les emplois de son épouse, a été classée sans suite fin novembre, a-t-on appris mardi de source judiciaire, confirmant l'annonce de l'hebdomadaire satirique.

Le candidat de la droite à la présidentielle avait déposé en avril une plainte pour propagation de "fausses nouvelles" ayant eu pour effet de "détourner" des suffrages. Elle visait un article du Canard enchaîné du 12 avril qui publiait, à une dizaine de jours du premier tour, de nouvelles révélations sur le travail de Penelope Fillon.

L'enquête, ouverte en mai, a finalement été classée sans suite fin novembre par le parquet de Paris. La "diffusion de fausse nouvelle n'apparaît pas constituée" aux yeux des enquêteurs, a indiqué cette source.

Selon Le Canard enchaîné, les investigations auraient même confirmé les informations publiées par l'hebdomadaire le 12 avril.

Dans cet article, intitulé "l'enquête sur Penelope s'approche de son berceau...", le journal affirmait avoir "la preuve" que Penelope Fillon avait été rémunérée pendant quinze mois à partir d'avril 1980 comme "collaboratrice au sein d'un ministère parisien", ce qu'avait démenti le camp du candidat.

"A l'issue des investigations menées, il est apparu que Mme Fillon a exercé une activité rémunérée par la direction régionale des finances publiques de Paris entre le 1er janvier 1980 et le 31 juillet 1981", a conclu le parquet dans son courrier aux avocats, cité par Le Canard enchaîné.

Deux journalistes de l'hebdomadaire ont été auditionnés par les enquêteurs de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Le Canard enchaîné avait déclenché fin janvier l'affaire Fillon en révélant que l'épouse du candidat du parti Les Républicains avait été rémunérée pendant plusieurs années comme attachée parlementaire de son mari ou de son suppléant, Marc Joulaud. François Fillon a par la suite confirmé l'existence de cet emploi pour la période s'étalant de 1986 à 2013.

Mais la justice s'interroge sur la réalité de ce travail parlementaire, alors que Penelope Fillon était sans activité professionnelle connue. François Fillon a été mis en examen le 14 mars, notamment pour "détournement de fonds publics", et son épouse le 28 mars, notamment pour "complicité et recel de détournement de fonds publics".

Dans la même thématique

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le