Plainte de Greenpeace contre la députée qui voulait “tirer” en cas d’intrusion dans une centrale

Plainte de Greenpeace contre la députée qui voulait “tirer” en cas d’intrusion dans une centrale

Greenpeace a porté plainte contre la députée LREM Perrine Goulet, qui avait suggéré de "tirer" lors d'intrusions dans une...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Greenpeace a porté plainte contre la députée LREM Perrine Goulet, qui avait suggéré de "tirer" lors d'intrusions dans une centrale nucléaire, comme celles auxquelles se livrent les militants de l'ONG, a indiqué l'organisation samedi à l'AFP.

Cette plainte pour "provocation à un crime ou un délit" a été déposée le 25 avril au Tribunal de grande instance de Paris, a déclaré le directeur général de Greenpeace France, Jean-François Julliard, confirmant une information du Monde.

Selon lui, ces propos "relèvent de l'incitation au meurtre".

"Pourquoi nous ne ferions pas un peu comme aux Etats-Unis? Avec une sécurisation par mirador et possibilité effectivement de ne pas se poser de questions et quand il y a une intrusion, de tirer", s'était interrogée le 22 mars Perrine Goulet, membre de la commission d'enquête sur la sûreté nucléaire, lors d'une audition du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

"Je pense (qu') à un moment il va falloir ne plus distinguer puisque c'est un délit de rentrer sur une centrale nucléaire (...) Il y a des forces de sécurité, elles doivent intervenir et ne pas se poser de questions, peut-être que ça dissuadera", avait ajouté la députée de la Nièvre.

"C'est la première fois que des propos comme ça sont tenus sur des militants de Greenpeace. Ils sont extrêmement dangereux", a estimé M. Julliard.

"Greenpeace n'est que le messager: le problème n'est pas l'intrusion de ses militants mais bien la vulnérabilité des centrales nucléaires", a-t-il jugé.

"En aucun cas je n'ai dit qu'il fallait tuer les militants de Greenpeace", avait assuré Perrine Goulet fin mars à France 3 Bourgogne. "Le mot +tirer+ pour moi n'était pas tirer pour tuer mais tirer dans les jambes par exemple, comme ça se fait aux Etats-Unis".

Selon la biographie en ligne sur son site, Mme Goulet a été recrutée en 1999 par EDF-GDF et travaillait jusqu'à son élection au Centre nucléaire de production de Belleville-sur-Loire (Cher). Elle est également membre du conseil d'administration de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Huit militants de Greenpeace ont été condamnés fin février à des peines de prison avec sursis ou de la prison ferme pour s'être introduits sur le site de la centrale nucléaire de Cattenom (Moselle) en octobre.

Ses militants se sont également introduits sur le site nucléaire de Cruas-Meysse (Ardèche) en novembre. Leur procès aura lieu le 17 mai à Privas, selon l'ONG, qui appelle à manifester ce jour-là devant le tribunal de cette ville.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le