Plan Borloo : de l’espoir et des doutes face à l’urgence sociale

Plan Borloo : de l’espoir et des doutes face à l’urgence sociale

En débat dans l’émission « On va plus loin » : le plan Borloo. Les invités sont unanimes pour reconnaître l’échec de la politique des banlieues passée, et sont dans l’attente de la décision d’Emmanuel Macron.
Public Sénat

Par Maud Larivière

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Jean-Louis Borloo, ancien ministre délégué à la Ville, a présenté jeudi son plan banlieues au gouvernement. Un budget de 48 milliards d’euros a été préconisé pour redynamiser les quartiers de la politique de la ville. Emmanuel Macron doit s’en inspirer, et dévoiler son arbitrage en mai.

Une politique d’exception ?

Invité sur le plateau d’« On va plus loin » sur Public Sénat, Azzédine Taibi, maire PCF de Stains en Seine-Saint-Denis, estime que ce plan peut faire changer les choses : « Il faut avoir une logique globale, et je pense qu’au travers des préconisations qui sont proposées, il y a des pistes très intéressantes ». « Je ne demande qu’une chose, c’est que maintenant, on puisse réellement se mettre au travail » commente-t-il avant d’ajouter : « Jusqu’à maintenant, force est de constater que l’ensemble des plans qui ont été menés ces 30 dernières années, n’ont pas été jusqu’au bout. Il y a eu beaucoup d’annonces, pour peu d’actes concrets ».

Nassira El-Moaddem, journaliste et directrice du Bondy-Blog, n’est pas du même avis : « Ce sont des choses qu’on a déjà entendues depuis des dizaines d’années » estime-t-elle, bien qu’elle ne rejette pas toutes les propositions, notamment celles sur l’emploi. L’académie des leaders, basée sur le modèle de l’ENA et proposée par l’ancien ministre, l’inquiète particulièrement : « Moi ça me pose un problème. (…) Ces habitants veulent tout simplement la normalité ». Nathalie Lemarchand, professeur universitaire de géographie, juge que cette proposition est une façon « à nouveau de désigner l’exception ». « La question des banlieues, la question des habitants, ce n’est pas d’avoir une politique d’exception » conclut Azzédine Taibi.

Plan Borloo: Nassira El-Moaddem
01:51

L’humain, au cœur du plan banlieue ?

Eric Mestrallet, président fondateur de l’association Espérance banlieues commente: «  Je vois dans le rapport que l’on veut traiter l’humain » ce qui est un bon point selon lui. Il reste cependant en attente de voir quelles solutions vont-être proposées par le gouvernement. La journaliste du Bondy-Blog, elle, n’est pas d’accord : « ces propositions n’abordent pas l’humain en réalité. Il y a beaucoup de choses autour de la réhabilitation, de la construction de nouveaux établissements scolaires (…) mais les vrais problèmes qui se posent dans les établissements scolaires avec les grèves, (…) ne sont pas abordés ».

Selon le maire de Stains, l’enjeu important est de « redonner de la dignité à ces populations, aux habitants dans nos quartiers populaires », ce qu’à réussi à déceler Jean-Louis Borloo : « Là je sens que Borloo est allé beaucoup plus loin ». « Il y a une urgence sociale, et derrière l’urgence sociale, s’il n’y a pas de réponse forte et durable, c’est l’explosion » alarme l’élu PCF.

180427-WEB-AZZEDDINE
03:45

.

 

 

 

 

Dans la même thématique

L’hémicycle du Sénat
7min

Politique

Aide médicale d’Etat : la majorité sénatoriale divisée sur les conclusions du rapport Stefanini Evin

Un rapport remis lundi au gouvernement balaye l’hypothèse d’une suppression de l’Aide médicale d’Etat (AME), tout en préconisant une réforme du dispositif. Cette étude prend toutefois ses distances avec le chemin tracé par la majorité sénatoriale, qui a fait disparaître l’AME lors de l’examen du projet de loi immigration en novembre, pour lui substituer une aide d’urgence.

Le

TOULOUSE:Nouvelle unite hospitaliere specialement amenagee (UHSA)
3min

Politique

Attentat de Paris : une proposition de loi du Sénat pour fixer une durée de sûreté d’hospitalisation en psychiatrie

L’attentat de Paris commis par un homme souffrant de troubles psychiatriques et qui était soumis à une injonction de soins jusqu’en en avril, relance le débat sur l’irresponsabilité pénale. La sénatrice centriste, Nathalie Goulet a redéposé un texte datant de 2021 qui prévoit pour les personnes ayant été déclarées irresponsables pénalement, une durée de sûreté d’hospitalisation.

Le

Budget : un rapport du Sénat épingle la progression du coût de l’aide médicale d’État
6min

Politique

« L’aide médicale d’État n’apparaît pas comme un facteur d’attractivité » pour l’immigration, selon un rapport commandé par le gouvernement

Considéré comme « un appel d’air » migratoire par la droite sénatoriale, l’aide médicale d’État avait été supprimée dans le cadre du projet de loi immigration avant d’être réintégrée en commission par les députés. Un rapport sur ce dispositif commandé par l’exécutif vient tempérer cette affirmation et juge ce dispositif à destination des étrangers en situation irrégulière « globalement maîtrisé ».

Le