Plan de relance : « La Commission européenne frappe fort et juste » se félicite Bruno Le Maire

Plan de relance : « La Commission européenne frappe fort et juste » se félicite Bruno Le Maire

Quelques minutes après l’annonce par la Commission européenne d’un plan de relance sans précédent de 750 milliards d’euros pour aider l’Europe à sortir de la récession, Bruno Le Maire appelle tous les États membres à le soutenir, y compris les plus réticents à l’émission d’une dette mutualisée.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Interrogé par le sénateur LREM Richard Yung aux questions d’actualité au gouvernement, le ministre de l’Économie a eu l’occasion de réagir à chaud à l’annonce de la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen quelques minutes plus tôt. Le plan de relance de 500 milliards proposé par le couple franco-allemand en début de semaine, « a été intégralement repris par la Commission européenne » s’est félicité Bruno Le Maire avant de détailler : « 500 milliards d’euros sur la base, pour la première fois de l’histoire européenne, d’une levée de dette commune qui nous garantit un taux d’intérêt le plus raisonnable possible. Et à cette proposition franco-allemande, la présidente de la Commission européenne ajoute 250 milliards d’euros de prêts, soit 750 milliards d’euros au total ».

« Avec cette proposition de plan de relance, la Commission européenne frappe fort et frappe juste. Elle se montre à la hauteur des responsabilités historiques qui étaient les siennes » a-t-il estimé.

Le ministre a également précisé que ces 750 milliards s’ajoutaient aux mesures d’urgence de 540 milliards décidés le 9 avril dernier entre les ministres de l’Économie et des finances de l’Union européenne.

De ces 1 300 milliards d’euros, la France devrait en « bénéficier directement à hauteur de 40 milliards d’euros », « pour nous aider à financer les plans de relance sectorielle » a-t-il souligné, citant le plan de relance tourisme, automobile, aéronautique mais aussi les dépenses de santé.

Reste désormais à convaincre les quatre États membres dits « les quatre frugaux » (Danemark, Autriche, Suède, Pays-Bas) qui ont dit non à l’initiative franco-allemande car ils s’opposent à toutes formes de mutualisation de la dette européenne. Raison pour laquelle, Bruno Le Maire a appelé « tous les États européens, sans exception, y compris les quatre frugaux, à soutenir ce plan de la Commission européenne ».

Plan de relance: Enfin, la solidarité en Europe n’est plus simplement un mot mais un principe et un acte » se félicite Bruno Le Maire
02:16

Quelques minutes plus tard, le ministre de l’Économie est revenu une deuxième fois sur ce sujet. Selon lui, avec ce plan, « chaque citoyen européen va comprendre que l’Union européenne nous permet de sortir de cette crise sans précédent que nous connaissons ».

Bruno Le Maire qualifie le plan de « geste de solidarité ». « Oui, nous allons donner plus à ceux qui en ont été le plus touchés par la crise du coronavirus. Oui, nous allons donner plus à l’Espagne et l’Italie » (...) Enfin la solidarité en Europe n’est plus simplement un mot mais un principe et un acte ».

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Plan de relance : « La Commission européenne frappe fort et juste » se félicite Bruno Le Maire
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le