Plusieurs milliers de fonctionnaires défilent à Paris

Plusieurs milliers de fonctionnaires défilent à Paris

Plusieurs milliers de personnes ont commencé à défiler mardi après-midi à Paris pour dénoncer un gouvernement qui, selon eux, ...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Plusieurs milliers de personnes ont commencé à défiler mardi après-midi à Paris pour dénoncer un gouvernement qui, selon eux, "maltraite" le service public et ses agents, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Le défilé s'est élancé peu avant 14H30 de la place de la République, en direction de Nation, derrière une banderole: "Pour une fonction publique de progrès social, pour l'augmentation du pouvoir d'achat, pour l'emploi public".

"Il n'y a déjà pas assez d'effectifs et on veut encore en supprimer", a lancé le numéro un de la CGT, Philippe Martinez, avant le départ du défilé.

Les fonctionnaires, "souvent traités de feignants et de profiteurs", ont "besoin de respect", a-t-il affirmé, en se félicitant de la mobilisation unitaire des syndicats, un phénomène "pas inédit mais suffisamment exceptionnel pour être souligné".

L'ensemble des syndicats de la fonction publique dénoncent notamment la suppression de 120.000 postes d'ici la fin du quinquennat, le gel des rémunérations et le rétablissement du jour de carence, "une provocation" selon eux.

Pour Mylène Jacquot (CFDT), l'absence de hausse du pouvoir d'achat, une promesse de campagne "pas tenue" par Emmanuel Macron, est "la goutte d'eau qui fait déborder le vase" auprès des fonctionnaires.

Il s'agit d'un "premier coup de semonce" avant le rendez-vous salarial du 16 octobre, a prévenu Christian Grolier (FO). Pour éviter une nouvelle grève, le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin devra "arriver avec de nouvelles propositions" sur le pouvoir d'achat et les effectifs.

"La démonstration d'aujourd'hui est éclatante, cela doit convaincre Darmanin d'ouvrir de véritables négociations", a renchéri Baptiste Talbot (CGT).

Pour Luc Bérille (Unsa), la mobilisation n'a rien d'une "action corporatiste", il s'agit plutôt de défendre un service public de qualité.

"Quand on maltraite des fonctionnaires en supprimant des emplois, ce sont des services qui ne sont pas rendus aux citoyens", a-t-il, en ajoutant que les agents "en ont marre d'être montrés du doigt".

Dans l'Éducation nationale, l'appel à la grève a donné lieu à une "mobilisation très forte des enseignants", s'est réjouie Bernadette Groison (FSU) qui "espère que le gouvernement prendra la mesure" du "ras-le-bol".

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Plusieurs milliers de fonctionnaires défilent à Paris
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le