Politique migratoire: “humanisme et pragmatisme ne sont pas incompatibles”, selon Castaner

Politique migratoire: “humanisme et pragmatisme ne sont pas incompatibles”, selon Castaner

Le délégué général de La République en marche Christophe Castaner a affirmé jeudi qu'en matière de politique migratoire, "l...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le délégué général de La République en marche Christophe Castaner a affirmé jeudi qu'en matière de politique migratoire, "l'humanisme et le pragmatisme ne sont pas incompatibles".

"On peut faire preuve d'humanisme et de pragmatisme, je pense que l'humanisme et le pragmatisme ne sont pas incompatibles", a déclaré M. Castaner sur franceinfo, alors que les associations actives dans l'aide aux étrangers ont rendez-vous jeudi à Matignon sur le projet de loi "asile et immigration".

Ce texte aligne des mesures techniques, dont beaucoup sont très contestées par les défenseurs des étrangers pour leur caractère coercitif.

Ces derniers ont annoncé mercredi qu'ils allaient contester devant le Conseil d'Etat une circulaire très controversée sur le recensement des migrants.

"Nous sommes face à un échec, un échec de notre politique d'intégration", a fait valoir le secrétaire d'Etat en charge des Relations avec le Parlement.

"Je préfère que nous soyons généreux sur les réfugiés et que nous trouvions les moyens d'une intégration renforcée, qu'on leur offre des droits à la formation, à l'apprentissage du français (...), mais en même temps il faut avoir le courage de dire un certain nombre de choses", a-t-il affirmé.

"C'est ce que nous voulons faire, avoir d'un côté de l'humanisme chaque fois que c'est nécessaire, et du pragmatisme", a défendu M. Castaner. "Le pragmatisme c'est de considérer que quand aujourd'hui vous avez une décision qui vous refuse le statut de réfugié et donc une injonction de quitter le territoire, on se contente depuis des années que seulement 4% de ces décisions soient mises en œuvre, ce n'est pas acceptable".

"Il faut effectivement sur ces sujets montrer de la fermeté. Certains pensent que c'est être de droite, moi je pense que c'est être juste que de respecter des décisions de justice", a-t-il ajouté.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le