Politique migratoire : Macron tient « un double langage » selon Bruno Retailleau

Politique migratoire : Macron tient « un double langage » selon Bruno Retailleau

Le président du groupe LR au Sénat dénonce les incohérences d’Emmanuel Macron en matière de politique migratoire. Invité de Territoires d’Infos ce mardi, il déplore la baisse des recettes pour les reconduites à la frontière et plaide pour une véritable lutte contre l’immigration illégale. Bruno Retailleau souhaite également revenir sur l’hébergement inconditionnel.        
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Invité de Territoires d’Infos ce mardi, Bruno Retailleau (LR) dénonce le « double langage » du chef de l’État concernant sa politique migratoire. Le « durcissement » conduit par le ministre de l’Intérieur inquiète pourtant nombre d’associations (Lire notre article). La semaine dernière, le Monde s’est procuré une circulaire ministérielle mettant fin au droit d’hébergement inconditionnel. Dans le même temps, Gérard Collomb a reconnu avoir demandé aux préfets plus de résultats en matière d’immigration irrégulière. Le Défenseur des droits, entre autres, s’alarme de ce changement de paradigme et dénonce « une défaillance nette par rapport aux respects des droits fondamentaux. » Bruno Retailleau ne condamne pas ce « durcissement » mais dénonce une baisse «  de crédits pour accompagner les illégaux en dehors de nos frontières » dans le budget pour 2018.

« Les déboutés du droit d’asile n’ont qu’une vocation, c’est d’être reconduit à la frontière » tance Bruno Retailleau

« Les déboutés du droit d’asile n’ont qu’une vocation, c’est d’être reconduit à la frontière » juge Bruno Retailleau
01:34

Pour Bruno Retailleau, « la politique migratoire et notamment celle de l’asile est un droit et la France s’honore à protéger ce droit. »  Pour autant, il considère que le « droit d’asile est totalement dévoyé », « c’est devenu une fabrique à produire des immigrants illégaux » s’agace-t-il. Intransigeant, il juge que « les déboutés du droit d’asile n’ont qu’une vocation, c’est d’être reconduit à la frontière. » Balayant les critiques émises par les associations, il les accuse d’être souvent « mues par une idéologie. Ces associations considèrent que la France devrait accueillir toute la misère du monde » estime-t-il.  

« L’an dernier, seulement 18 % de ceux qui ont été déboutés du droit d’asile ont été reconduits aux frontières » s’indigne Bruno Retailleau. Le sénateur LR estime que « c’est beaucoup trop peu. » Selon lui, pour « lutter contre l’immigration illégale », il faudrait « refonder Schengen » et faire pression sur les pays d’origine. « Ou ils coopèrent, ou alors, nous, on cesse de les aider financièrement » tance le sénateur. Pour ce qui concerne l’hébergement inconditionnel, il estime aussi qu’il faudrait revenir dessus.  

Bruno Retailleau est favorable à ce qu'on revienne sur l'hébergement inconditionnel
00:48

 

Dans la même thématique

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le

Politique migratoire : Macron tient « un double langage » selon Bruno Retailleau
3min

Politique

Attaque informatique en Nouvelle-Calédonie : « Il est temps de se protéger » des influences étrangères, appelle Claude Malhuret

Quelques heures après une cyberattaque de grande ampleur avant l’atterrissage de l’avion présidentiel à Nouméa, le président du groupe Les Indépendants au Sénat considère que le phénomène des influences étrangères sur le territoire français devient « massif ». « Il est temps d’arrêter notre déni », avertit-il.

Le