Popularité de Fillon en baisse depuis les révélations du Canard

Popularité de Fillon en baisse depuis les révélations du Canard

La popularité de François Fillon est en nette baisse (-4) par rapport à début janvier et plus de six Français sur dix (61%) ont...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

La popularité de François Fillon est en nette baisse (-4) par rapport à début janvier et plus de six Français sur dix (61%) ont désormais une mauvaise opinion de lui, selon un sondage Odoxa réalisé après les révélations sur des soupçons d'emploi fictif de son épouse.

Seules 38% des personnes interrogées déclarent aujourd'hui avoir une "bonne opinion" de l'ex-Premier ministre. C'est 4 points de moins que lors d'une précédente enquête publiée le 8 janvier et 16 points de moins que début novembre, avant le 1er tour de la primaire de la droite, selon cette enquête pour franceinfo.

Si une majorité de sympathisants de droite conserve une bonne opinion de François Fillon (62%, contre 38% d'un avis contraire), ce n'est le cas que de 17% de ceux de la gauche (contre 83%). 54% des personnes interrogée l'estiment "courageux", mais le candidat de la droite à la présidentielle n'est jugé "convainquant" que par 39% d'entre elles, "honnête" par 32% et proche de Français par 31%.

Enfin, plus de trois Français sur quatre (76%, contre 24%) pensent qu'il faudrait à l'avenir interdire aux parlementaires d'embaucher comme collaborateurs des membres de leur propre famille. C'est le cas de 82% des sympathisants de gauche et de 70% de ceux de la droite.

Le Canard enchaîné a révélé que Penelope Fillon a été la collaboratrice parlementaire de son mari, ce dont personne n'avait connaissance jusqu'à présent, y compris dans le milieu des collaborateurs du parti Les Républicains (LR).

Enquête réalisée en ligne le 26 janvier auprès de 1.012 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur 1,4 à 3,1 points.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le