Pour Cambadélis, Macron “crée les conditions d’un non-rassemblement”

Pour Cambadélis, Macron “crée les conditions d’un non-rassemblement”

Jean-Christophe Cambadélis, le Premier secrétaire du PS, a estimé mardi qu'Emmanuel Macron avait commis une "énorme faute...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Jean-Christophe Cambadélis, le Premier secrétaire du PS, a estimé mardi qu'Emmanuel Macron avait commis une "énorme faute politique" en "créant les conditions d'un non-rassemblement" autour de sa candidature, alors que le candidat "En Marche!" se montre tiède face à un éventuel ralliement de Manuel Valls.

"Alors qu'il n'est pas encore élu, il définit sa majorité présidentielle ? Ce sont les sondages qui font la majorité ? Les Français n'ont pas encore voté... C'est un déni de démocratie", a affirmé M. Cambadélis sur BFMTV.

Pour lui, l'ancien ministre de l’Économie "crée les conditions d'un non-rassemblement autour de sa candidature. C'est une énorme faute politique".

Emmanuel Macron a organisé mardi une conférence de presse au cours de laquelle il a affirmé qu'il resterait "maître des horloges", malgré les éventuels nouveaux soutiens à sa campagne, comme celui de l'ex-Premier ministre Manuel Valls, qui s'exprimera mercredi sur ce sujet.

"C'est quand même une certaine fébrilité", a jugé M. Cambadélis.

"Demain, possiblement, Manuel Valls va s'exprimer, (Emmanuel Macron) déclenche une conférence de presse. Demain, président de la République, il va en déclencher tous les jours ? Parce que des événements comme ça, il y en aura tous les jours!", a encore estimé le patron du PS.

"C'est étonnant de voir ce candidat réagir, sur-réagir comme ça pendant la (campagne) présidentielle", a lâché M. Cambadélis, pour qui M. Macron est "dans la continuité" plutôt que le "renouveau" avec le ralliement d'"onze anciens ministre de Jacques Chirac" à sa candidature.

Le Premier secrétaire du PS a toutefois précisé que "s'il faut faire face au FN, nous serons tous avec le candidat républicain" qui sera opposé le cas échéant à Marine Le Pen lors du second tour de la présidentielle.

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le