Pour Hamon, le futur devient “possible”

Pour Hamon, le futur devient “possible”

Benoît Hamon a effectué vendredi son premier déplacement de campagne présidentielle en Moselle, où, porté par une dynamique depuis sa victoire à...
Public Sénat

Par Jérémy MAROT

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Benoît Hamon a effectué vendredi son premier déplacement de campagne présidentielle en Moselle, où, porté par une dynamique depuis sa victoire à la primaire, il a opéré un glissement d'un futur "désirable" vers un avenir désormais "possible".

Six jours après avoir remporté la primaire socialiste élargie, M. Hamon a arpenté des terres bien connues de son ancien rival (re)devenu allié, Arnaud Montebourg, qui avait fait de l'industrie mosellane, notamment l'usine Arcelor Mittal de Florange, son cheval de bataille.

Aux côtés de la députée de Moselle, Aurélie Filippetti, compagne de M. Montebourg, M. Hamon a répété l'un de ses slogans de campagne ("proposer un futur désirable") mais cette fois complété de l'adjectif "possible".

Signe que les critiques de son propre camp sur le manque supposé de "crédibilité" de son projet ont été d'une certaine manière intégrées et que son programme était effectivement prêt à s'ouvrir à d'autres contributions, comme il l'a promis dans une optique de rassemblement. Marque aussi de la confiance qui habite M. Hamon, en nette hausse dans plusieurs sondages réalisées depuis sa victoire.

"Les relocalisations, la notion de Made in France, ce sont des idées qu'Arnaud a développées durant la campagne et que je reprends à mon compte", a ainsi glissé M. Hamon lors de son passage à Forbach, ville où Florian Philippot, n°2 du FN, avait obtenu des scores élevés lors de ses défaites aux législatives, puis aux municipales.

Dans cet ancien bassin houiller, où le Front national prospère, Mme Filippetti a d'ailleurs estimé que "la reconquête des classes populaires par la gauche" était une "priorité". "Benoît Hamon peut toucher cet électorat", a-t-elle assuré.

Le candidat à la présidentielle Benoît Hamon à Metz, dans l'est de la France, le 3 février 2017
Le candidat à la présidentielle Benoît Hamon à Metz, dans l'est de la France, le 3 février 2017
AFP

Plusieurs fois, le député des Yvelines a ainsi attaqué le Front national qui "ne règlera rien" et "crée du désordre", ainsi que la droite de François Fillon.

"Ce sont des projets totalement sinistres, qui postulent que tout était mieux avant, moi je pense que tout sera mieux demain, à condition que l'on s'en donne les moyens et que l'on soit volontaire", a affirmé M. Hamon.

"C'est pour cela qu'il faut aussi regarder la réalité en face", a-t-il insisté, en prenant l'exemple de la restructuration qui menace 370 postes, dont 259 en Moselle, chez le boulanger industriel Neuhauser.

- Attaque sur le CICE -

M. Hamon s'est rendu sur l'un des sites de production près de Folschviller, reçu par une délégation de salariés, dont il a jugé la situation "symbolique de territoires dans lesquels on a connu la désindustrialisation".

"Tout ça, c'est l'histoire assez classique de grands groupes qui décident, pour consolider leur marge, de se débarrasser d'une activité, en organisant le désinvestissement". "Sauf qu'il y a des femmes et des hommes qui sont sur ses lignes", a-t-il déploré.

L'ancien ministre de l'Éducation, qui a quitté le gouvernement fin août 2014 pour rejoindre les frondeurs sur les bancs de l'Assemblée nationale, en a profité pour épingler le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), une des principales mesures du quinquennat de François Hollande.

"On ne peut plus avoir une politique de soutien à l'économie, qui se fasse sans contrepartie", a-t-il rappelé.

"Remarquez l'année dernière l'explosion de la distribution de dividendes, au moment où l'on fait du CICE", a-t-il poursuivi. "Ça veut donc dire qu'une grande partie des aides apportées aux entreprises a servi à augmenter la rémunération des actionnaires, pas les salaires, et pas aux créations d'emploi. Moi, je juge qu'une politique comme celle-là n'est pas bonne pour le pays".

Dans cette journée marquée par une agression à caractère terroriste au Louvre, M. Hamon a également assuré qu'il ne se livrerait pas "à une surenchère électorale" sur les mesures en matière de sécurité. Tout en égrénant certaines de ses propositions, comme la "reconstruction du renseignement territorial", la nécessité d'une "coopération au niveau européen" ou la création d'un budget conjoint sécurité-défense à hauteur de 3% du PIB.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Pour Hamon, le futur devient “possible”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le