Pour Mélenchon, Le Pen est un “ticket d’entrée chez Wauquiez”

Pour Mélenchon, Le Pen est un “ticket d’entrée chez Wauquiez”

Le dirigeant de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a estimé qu'en engageant la "banalisation" du Front national, Marine Le...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le dirigeant de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a estimé qu'en engageant la "banalisation" du Front national, Marine Le Pen "est en train de faire un tournant" jusqu'à devenir "un petit ticket d'entrée" chez le président des Républicains Laurent Wauquiez.

"Dorénavant quand on vote pour Le Pen on finit par avoir en quelque sorte un petit ticket d'entrée chez Wauquiez", a analysé M. Mélenchon dans Dimanche en politique sur France 3, en tirant cette conclusion d'une rapprochement assumé par Mme Le Pen avec des partis proches en Europe.

"L'extrême droite européenne, c'est pas tout à fait la même chose que ce qu'était Mme Le Pen jusque là", a-t-il souligné. "C'est une extrême droite qui non seulement est xénophobe et raciste et tout ça, mais qui en plus est très libérale, et Mme Le Pen là est en train de faire son tournant, elle revient à l'ancien FN", a jugé le député des Bouches-du-Rhône.

"Elle est passée de la dédiabolisation à la banalisation, elle rêve d'être un parti comme les autres - c'est à dire les supplétifs" de la droite, selon lui. Il a dressé un parallèle avec le contexte italien et "la Ligue, tout ça, qui sont des organisations d'extrême droite qui viennent faire à la fin des gouvernements communs avec la droite".

Dans la même thématique

Pour Mélenchon, Le Pen est un “ticket d’entrée chez Wauquiez”
6min

Politique

Attal présente son programme et renvoie dos à dos « Nupes » et RN : « Le 30 juin, j’aimerais que les Français me choisissent » 

Ce jeudi 20 juin, le Premier ministre a dévoilé une série de mesures sur le pouvoir d’achat, le travail, la transition écologique ou encore la justice des mineurs, qui seront portées par les candidats de la majorité aux législatives anticipées. Gabriel Attal n’a pas hésité à personnaliser le scrutin, appelant les Français à « le choisir » dès le premier tour.

Le