Pour Nathalie Arthaud, « les puissances impérialistes sont responsables » du terrorisme

Pour Nathalie Arthaud, « les puissances impérialistes sont responsables » du terrorisme

Nathalie Arthaud était ce matin l’invitée de Territoires d’Infos, sur Public Sénat et Sud Radio. La candidate de Lutte Ouvrière à l’élection présidentielle a réagi à l’attentat perpétré hier soir, sur les Champs Elysées. Elle a également tenu à se démarquer de Jean-Luc Mélenchon.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Les puissances impérialistes, dont la France, sont responsables », considère Nathalie Arthaud en réaction à l’attaque terroriste de la veille. Pour la candidate LO, le terreau du terrorisme ce sont leurs « manœuvres et influences, au Moyen-Orient en particulier, pour préserver des intérêts ».

Elle affirme vouloir « continuer de (se) battre pour que l’on ne cède pas à des démagogies faciles (…) et à cette politique qui conduit à créer des amalgames ». Marine Le Pen est évidemment dans son viseur. Mais aussi François Hollande et ses prédécesseurs, à qui elle reproche d’être « alliés » avec l’Arabie Saoudite et le Qatar, qui « financent les bandes djihadistes ».

« Les puissances impérialistes, dont la France, sont responsables » du terrorisme
00:45

Contre « armer davantage les policiers »

Sur le plan de la sécurité intérieure, elle réfute vouloir désarmer les policiers mais est contre renforcer leur arsenal : « Avec Philippe Poutou on dit que oui, il y a un véritable problème de violences policières. Mais quand on nous explique qu’il faut armer davantage les policiers, nous ne sommes absolument pas d’accord. »

La candidate de Lutte ouvrière estime qu’il faut « résoudre le problème social » des banlieues en combattant le chômage et les bas salaires, et non par l’action de la police. Elle considère aussi que les prisons sont « un véritable problème » et qu’elles « contribuent à faire que des petits délinquants changent d’enseigne et se fanatisent ». « Le grand banditisme, la délinquance et le djihadisme et la radicalisation se chevauchent. »

« Mélenchon véhicule des illusions »

Le cheval de bataille de Nathalie Arthaud reste la lutte contre patronat. Elle entend combattre les bas salaires et se battre pour l’emploi. Un combat qui, selon elle, n’est pas mené par Jean-Luc Mélenchon : « Tout ceux qui pensent qu’(il) va nous protéger des licenciements et des bas salaires se trompent. » Elle considère que le candidat « véhicule des illusions », et acquiesce à la question de savoir si ce ne serait pas lui le véritable candidat socialiste.

Arthaud : "Tous ceux qui croient que Mélenchon va empêcher les licenciements se trompent"
00:41

Dans la même thématique

France Politics
6min

Politique

Emmanuel Macron s’apprête à accepter la démission de Gabriel Attal et de son gouvernement

Plus d’une semaine après le second tour des législatives anticipées, le chef de l’Etat devrait accepter d’ici la fin de journée la démission de son Premier ministre et du gouvernement. Néanmoins, l’exécutif pourrait rester en place plusieurs semaines pour gérer les affaires courantes, du moins jusqu’à ce qu’une majorité en mesure de gouverner ne parvienne à se forme à l’Assemblée nationale.

Le

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le