Précarité, financement : les enseignants-chercheurs mobilisés contre la future loi Vidal

Précarité, financement : les enseignants-chercheurs mobilisés contre la future loi Vidal

Les enseignants-chercheurs dénoncent les conséquences du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Ils craignent que leurs conditions de travail, déjà dégradées par la précarité, empirent. Les opposants pointent « une transformation néolibérale de l’université » qui fait place à « la figure du chercheur-entrepreneur ».
Public Sénat

Temps de lecture :

7 min

Publié le

Mis à jour le

Sur le campus de Pont-de-bois, de l’université de Lille, « aujourd’hui, c’est journée spécial précarité ». C’est le thème du jour, raconte Grégory Salle. Ce chargé de recherche en sociologie du CNRS est « un mobilisé parmi d’autres ». D’autres enseignants-chercheurs qui, partout en France, craignent l’arrivée du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Annoncé en février 2019 par le premier ministre, il se fait attendre. L’objectif est d’atteindre un budget équivalent à 3% du PIB pour la recherche. Il est aujourd’hui de 2,2%. Si ses contours exacts sont encore inconnus, trois rapports préparatoires, et les échanges entre syndicats et ministère ont amorcé le mouvement.

C’est surtout une tribune du PDG du CNRS, Antoine Petit, qui « met le feu au poudre » se souvient Grégory Salle. « Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire - oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l'échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies » écrit le 26 novembre, dans Les Echos, le patron du CNRS. « Ça a eu un effet de cristallisation » explique Christophe Voilliot, co-secrétaire général du SNESUP-FSU, premier syndicat de l’enseignement supérieur. « C’était particulièrement maladroit. Ça a remué même les plus modérés » constate Grégory Salle.

Manifs et flashmob

Depuis quelques semaines, le mouvement se développe, mêlé de contestation contre la réforme des retraites, qui touche particulièrement le monde des fonctionnaires et de l’enseignement. Les manifestants et opposants multiplient les actions et innovent : aux traditionnelles AG, affiches et manifestations, grèves de l’enseignement et grèves des fonctions administratives, s’ajoutent les rétentions de notes ou, comme la semaine dernière, un flashmob féministe devant la gare de Lille Flandres, au petit matin. Quand de fait, on est relativement peu nombreux, il faut se faire remarquer. On parle aussi de démissions de fonctions. Maintenant, ce sont les revues universitaires qui se joignent au mouvement. Une journée fac morte se prépare pour le 5 mars.

Les questions sont nombreuses. Pour le SNESUP-FSU, « il y a des problèmes qui tiennent au mode de financement de la recherche et au statut des personnels ». Alors que le nombre d’étudiant augmente, « avec 30.000 de plus ces dernières années », le nombre d’enseignants-chercheurs recule, « de l’ordre de 2.500 enseignants en moins, c’est considérable » alerte Christophe Voilliot. « Mécaniquement, soit on embauche sur des statuts précaires, soit on augmente le temps de travail » pointe le responsable syndical, par ailleurs maître de conférences en Sciences politiques à l’université de Nanterre. Il « demande un plan de recrutement ».

« On leur renvoie l’image qu’ils ne servent à rien pour la société. C’est terrible »

Le sénateur PCF Pierre Ouzoulias connaît bien le sujet pour être lui-même chargé de recherche du CNRS en archéologie. « Il y a une dégradation constante depuis 10 ans des conditions de travail des enseignants-chercheurs » souligne le sénateur des Hauts-de-Seine. Résultat de ce malaise, le sentiment d’un métier dévalorisé. « On leur renvoie l’image qu’ils ne servent à rien pour la société. C’est terrible » dit Pierre Ouzoulias.

Grégory Salle « n’aime pas trop ce terme de malaise » pour sa part, car il renvoie au « registre psychologique ». Or le problème vient avant tout « des conditions sociologiques, économiques et matérielles, qui sont intenables ». « Si on met ensemble la surcharge de travail, le fait d’être sous-payé, soumis à une bureaucratie de plus en plus démente, ça met les gens matériellement sous pression » explique le sociologue.

Selon Grégory Salle, « la précarité professionnelle, vraiment méconnue du plus grand nombre », joue beaucoup dans la mobilisation. Il ajoute :

Pour les étudiants, on doit passer pour des notables. Devant eux, il y a de vrais professeurs d’université qui ont des positions tout à fait stables, mais aussi de vrais précaires qui ne vivent pas forcément avec plus de 1.000 euros par mois.

Conséquence : les jeunes docteurs ne trouvent pas de poste. Et face à un secteur bouché, les vocations s’en trouvent découragées. « Le nombre d’étudiants inscrits en thèse diminue » constate Christophe Voilliot.

La ministre Frédérique Vidal promet de revaloriser le salaire des jeunes chercheurs

Face à la fronde, la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Frédérique Vidal, tente de désamorcer et de rassurer. Invitée de Public Sénat le 31 janvier, elle expliquait ne pas vouloir « du tout » toucher au temps de travail des chercheurs – l’une des craintes – assurant qu’« il ne faut pas prendre à la lettre tout ce qui est écrit dans les rapports » (voir à 47 min dans la vidéo). La câlinothérapie continue via une tribune, publiée lundi 10 février dans Le Monde. La ministre dit avoir « entendu leur appel à réinvestir massivement dans la recherche ».

Plus concret, en janvier, lors de ses vœux, Frédérique Vidal annonce l’augmentation des jeunes chercheurs à l’embauche, avec 2 Smic dès 2021, contre des salaires d’environ 2.200 à 2.500 euros brut aujourd’hui (soit 1,3 à 1,4 Smic). « Une bonne idée » reconnaît Christophe Voilliot, « sauf que vous risquez d’embaucher des gens mieux payés que des enseignants qui ont 6 ou même 9 ans d’ancienneté. Il faut donc revoir toutes les grilles ».

Ce mardi, dénonçant « les rumeurs », lors des questions d’actualité au gouvernement, Frédérique Vidal en a remis une couche et assure que « chaque discipline trouvera sa place dans cette loi programmation de la recherche ». Une précision qui n’est pas anodine. Car les sciences humaines et sociales mobilisent plus qu’en physique, chimie ou mathématique.

« Une vision catastrophique de la science »

Une situation en partie liée à la question du financement. « Il est proposé d’accroître les financements par appels à projet, et non plus par laboratoire ou équipe. (…) On est dans un marché de la recherche, qui renvoie au darwinisme » explique le co-secrétaire général du SNESUP-FSU. Le tout mêlé à une évaluation renforcée, où la publication devient le critère.

Derrière ça, « il y a une vision utilitariste de la recherche. Je mets l’argent, je veux des résultats. Et évidemment, tout ce qui est sciences humaines n’a plus de raison d’être. Pourquoi travailler sur l’araméen, le latin, l’archéologie ? ça ne sert à rien, il n’y a pas d’innovation. C’est une vision catastrophique de la science » dénonce le sénateur Pierre Ouzoulias. Pour Gregory Salle, « on est en plein dans la figure du chercheur-entrepreneur », mâtiné d’une « novlangue managériale où on parle d’innovation et de synergie. Mais en réalité, cela débouche sur une standardisation de la recherche. Tout le monde essaie d’être dans les clous ».

« Ce qui compte, c’est l’individu seul et plus l’esprit d’équipe. Or depuis le XVIIIe siècle, la recherche, c’est d’abord une recherche d’équipe »

Autre conséquence : une individualisation de la recherche. « Ce qui compte, c’est l’individu seul et plus l’esprit d’équipe. Or depuis le XVIIIe siècle, la recherche, c’est d’abord une recherche d’équipe » explique Pierre Ouzoulias. « Les grandes réussites scientifiques sont faites de coopérations très larges, comme le GIEC, sur le climat » ajoute Christophe Voilliot.

Reste à savoir quand sortira le projet de loi. Frédéric Vidal évoquait sur notre antenne « fin mars, début avril ». Mais selon Pierre Ouzoulias, il ne verra peut-être jamais le jour. Entre la réforme des retraites et le budget 2021, à l’automne, le calendrier n’est pas évident. Pour le sénateur communiste, ce ne sera pas pour autant une victoire : « Le gouvernement n’a pas besoin de cette loi pour mener une transformation néolibérale de l’université » Ce mardi, devant les députés, Frédérique Vidal parlait pourtant bien au futur. Sa loi « réarmera notre pays et mettra la science au cœur du débat public ».

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le