Présidence LR: Woerth donne son soutien à Wauquiez, “pas un chèque en blanc”

Présidence LR: Woerth donne son soutien à Wauquiez, “pas un chèque en blanc”

Éric Woerth, président LR de la Commission des Finances de l'Assemblée, a affirmé dimanche que son soutien à Laurent Wauquiez,...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Éric Woerth, président LR de la Commission des Finances de l'Assemblée, a affirmé dimanche que son soutien à Laurent Wauquiez, candidat à la présidence de son parti, n'était "pas un chèque en blanc".

"Je suis certes plus proche d'un Xavier Bertrand ou d'une Valérie Pécresse en termes idéologiques mais en même temps, ils ne sont pas candidats", a observé le député de l'Oise lors de l'émission "Questions politiques" de France Inter/franceinfo/Le Monde.

"Laurent (Wauquiez) est candidat, c'est un type de qualité" et "faire de l'anti-Wauquiez comme certains, c'est créer la guerre des droites. Le gouvernement n'attend que ça", a-t-il ajouté.

Selon le président de la commission des finances à l'Assemblée, "Laurent Wauquiez peut se hisser président des Républicains, un président qui fait une synthèse, qui représente l'ensemble des sensibilités à l'intérieur non pas d'un parti mais d'une famille politique".

"Je l'ai dit à Laurent Wauquiez, ce n'est pas un chèque en blanc, pas un blanc seing qui lui est donné. Il doit respecter tout le monde. A ce moment là, ça peut devenir quelque chose de formidable", a-t-il affirmé, ajoutant que M. Wauquiez avait "une puissance de percussion" pour "exister par rapport à En Marche".

Face à Jean-Luc Mélenchon et à Marine Le Pen, "on pense qu'il y a une opposition dans le champ républicain et cette opposition, on peut la représenter, à partir du moment où on renaît de nos propres cendres", a-t-il également affirmé.

Dans la même thématique

Présidence LR: Woerth donne son soutien à Wauquiez, “pas un chèque en blanc”
4min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « « Renoncer au Congrès me paraîtrait extrêmement dangereux », avertit François-Xavier Bellamy

Rappelant que la réforme constitutionnelle sur le corps électoral en Nouvelle-Calédonie est le fruit d’un long processus démocratique, entamé par les accords de Nouméa, le député européen (LR) François-Xavier Bellamy estime que le gouvernement ne doit pas reculer malgré les violences meurtrières qui frappent ce territoire du Pacifique depuis une semaine.

Le

Strasbourg : European Parliament session
6min

Politique

Européennes 2024 : que disent les derniers sondages sur les tendances ?

Jordan Bardella reste toujours loin devant, quand Valérie Hayer peine à contenir la dynamique de Raphaël Glucksmann. Le candidat PS/Place Publique talonne de plus en plus la liste de la majorité présidentielle. Manon Aubry pour LFI progresse un peu, quand François-Xavier Bellamy est plus ou moins stable.

Le