Présidentielle 2017: le Medef veut inviter tous les candidats

Présidentielle 2017: le Medef veut inviter tous les candidats

Le patron du Medef, Pierre Gattaz, a indiqué mercredi que son mouvement allait inviter tous les candidats à la présidentielle de...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le patron du Medef, Pierre Gattaz, a indiqué mercredi que son mouvement allait inviter tous les candidats à la présidentielle de 2017 pour débattre de leur programme économique, y compris la candidate du FN Marine Le Pen, une première pour l'organisation patronale.

"On invitera sans doute, je n'ai pas encore la décision définitive de mon conseil exécutif, Marine Le Pen et Monsieur Mélenchon", a déclaré Pierre Gattaz, ajoutant que cette invitation allait "a priori" être validée par son mouvement.

"Ça sera une première, mais c'est important d'avoir un spectre large pour écouter, pour les faire questionner par des chefs d'entreprise", a ajouté le patron des patrons, précisant n'avoir jusque-là jamais rencontré Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon.

L'organisation patronale s'était refusée en 2012, sous la présidence de Laurence Parisot, à inviter la candidate du Front national. L'ex-patronne du Medef avait même publié un ouvrage, en septembre 2011, intitulé "un piège bleu marine".

Une approche avec laquelle M. Gattaz a pris ses distances. "Nous avons des forces politiques en présence avec une élection majeure. Il faut qu'on teste les candidats, qu'on leur pose des questions, sur tout le spectre politique", a-t-il dit.

Le patron du Medef s'est néanmoins montré très critique sur le programme économique de la candidate frontiste, allant jusqu'à estimer qu'elle n'avait "pas de programme économique" à proprement parler.

"Il n'y a pas de programme économique, à part nous dire qu'on va sortir de l'euro, à part nous dire qu'il faut augmenter le Smic, ce qui est très bien, et qu'on va repasser à la retraite à 60 ans, ce qui est très bien aussi, mais qui paye ?", s'est-il interrogé.

Pour "retrouver de la croissance et du plein emploi", "il faut un programme économique digne de ce nom", a ajouté M. Gattaz, précisant que son mouvement ne donnerait "pas de consigne de vote" mais entendait s'exprimer "sur les programmes économiques des candidats".

Pierre Gattaz avait déjà critiqué vertement le programme économique du FN en décembre 2015, dans le cadre de la campagne pour les élections régionales. Ce programme "n'est pas économiquement responsable. Il n’est tourné ni vers l'avenir, ni vers la compétitivité", avait-il estimé.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le