Présidentielle 2017 : Retour sur la campagne jalonnée de coups de théâtre de François Fillon

Présidentielle 2017 : Retour sur la campagne jalonnée de coups de théâtre de François Fillon

Dans le film documentaire, "François Fillon – L’homme qui ne pouvait pas être président", Bruce Toussaint et Félix Seger décryptent l’ascension puis la chute du candidat de la droite lors de la campagne présidentielle de 2017. Retour sur une campagne jalonnée de coups de théâtre.
Public Sénat

Par Priscillia Abereko

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Qui l’aurait cru ? François Fillon, surnommé le mister Nobody de Matignon alors qu’il est le Premier ministre de Nicolas Sarkozy va connaître en quelques semaines l’ivresse de la victoire de la primaire, le tourbillon des affaires puis l’humiliation de la défaite. Devenir, ou non, Président de la République est-ce écrit en amont ? C’est l’histoire d’un improbable scénario riche en rebondissements.

Dans ce film documentaire, riche en témoignages de politiques et acteurs de la campagne de François Fillon, Félix Seger et Bruce Toussaint nous ouvrent les coulisses de la plus folle campagne de ces 20 dernières années.

L’ouverture de la boîte de pandore

Pour comprendre la chute de François Fillon, il faut se replonger au moment de sa première faille : son passage dans l’émission de Karine Le Marchand. Un moment confession, où pour la première fois, François Fillon accepte d’ouvrir la porte de son intimité pour muscler sa communication. Pour certains comme Roselyne Bachelot, « cette émission a été utile pour lui et pour sa campagne […] mais quand on est un lion on en veut toujours plus et on finit par se faire bouffer ». Cet épisode, marquera le début de la fin de François Fillon.

De la primaire de la droite aux scandales

Rien ne laissait présager que François Fillon allait remporter la primaire de la droite. Sept mois avant la présidentielle, aucun de ses concurrents ne le voyait comme un candidat redoutable. Mais contre toute attente, au premier tour le candidat de la droite accède au second tour avec 42,8% des suffrages exprimés et finit par remporter la primaire avec 65,5%. L’éternel numéro 2 tient enfin sa revanche. Pour Roselyne Bachelot, amie de longue date de François Fillon, « pour moi c’était une évidence qu’il allait devenir président ».

Devenu favori pour la présidentielle de 2017 avec 35% d’intention de vote au 1er tour, François Fillon devient une cible. Bruce Toussaint et Félix Séger reviennent ensuite les différents scandales qui ont entaché la campagne du candidat : du Penelopegate mettant en cause les emplois présumés fictifs de son épouse à l’affaire des costumes qu’il aurait reçus. Les médias, à commencer par le Canard Enchaîné, déterrent un à un les dossiers épineux de François Fillon. Épinglé de toute part, c’est l’effet boule de neige.

François Fillon le combattant

En mars 2017, il est finalement mis en examen. Le documentaire nous replonge dans divers extraits dans lesquels on peut percevoir la combativité du candidat : s’il avait déclaré plus tôt dans la campagne ne pas vouloir renoncer sauf en cas de mise en examen, François Fillon fait machine arrière. Du meeting au Trocadéro au plateau de France 2, François Fillon refusera catégoriquement de quitter la campagne.

Une campagne riche en rebondissant, un scenario qui mène à l'échec, et si c'était écrit ?

 

Retrouvez l’intégralité du film documentaire François Fillon – L’homme qui ne pouvait pas être président le 12 mai à 22h20 sur Public Sénat.

 

Dans la même thématique

Présidentielle 2017 : Retour sur la campagne jalonnée de coups de théâtre de François Fillon
3min

Politique

Attaque informatique en Nouvelle-Calédonie : « Il est temps de se protéger » des influences étrangères, appelle Claude Malhuret

Quelques heures après une cyberattaque de grande ampleur avant l’atterrissage de l’avion présidentiel à Nouméa, le président du groupe Les Indépendants au Sénat considère que le phénomène des influences étrangères sur le territoire français devient « massif ». « Il est temps d’arrêter notre déni », avertit-il.

Le