Présidentielle 2027 : Olivier Marleix veut une désignation du candidat LR en 2024 au plus tard

Présidentielle 2027 : Olivier Marleix veut une désignation du candidat LR en 2024 au plus tard

Le président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale souhaite que son parti soit en ordre de bataille « rapidement ». Il souhaite l’émergence d’un candidat avant même les élections européennes de mai 2024.
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Une élection en chasse une autre. À peine la bataille pour la présidence des Républicains achevée, avec la victoire d’Éric Ciotti ce dimanche face à Bruno Retailleau, que déjà l’un des cadres du mouvement songe à l’élection reine de la Ve République : la présidentielle. Invité ce 12 décembre d’Audition Publique, sur Public Sénat et LCP-Assemblée nationale, en partenariat avec Le Figaro Live, Olivier Marleix se dit « totalement » en phase avec Éric Ciotti sur la nécessité que les adhérents se prononcent « rapidement » sur un candidat à l’élection présidentielle de 2027.

Le président du groupe LR à l’Assemblée nationale veut un champion « trois ans à l’avance », avant les européennes qui se dérouleront en mai 2024. « Désigner notre candidat à l’élection présidentielle, c’est une nécessité dans la Ve République d’avoir un candidat identifié », insiste le député d’Eure-et-Loir. Il rappelle que Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy ont « eu le temps de se préparer » à leur époque, ce qui n’a pas été le cas de Valérie Pécresse. « Cinq mois avant, ce n’est pas possible », admet-il.

« Si Éric Ciotti propose Laurent Wauquiez comme candidat, à titre personnel, j’en serai ravi »

Laurent Wauquiez sera-t-il cette incarnation ? Éric Ciotti n’a jamais caché son souhait d’imposer le président de la région Rhône-Alpes Auvergne comme candidat à l’élection suprême. « Il faut rapidement de la clarté. Si Éric Ciotti propose Laurent Wauquiez comme candidat, à titre personnel, j’en serai ravi », valide Olivier Marleix.

Pour le député, le mauvais score de la liste conduite par François-Xavier Bellamy (8,48 %) aux européennes de 2019 n’est pas disqualifiant pour Laurent Wauquiez, qui tirait les rênes du parti à l’époque. C’est pourtant cet échec retentissant qui a poussé l’ancien ministre à quitter la présidence du parti, et à le remettre entre les mains de Christian Jacob. « Il n’a pas échoué sur son nom dans une présidentielle », défend Olivier Marleix.

Quant à son mandat de président de région, il ne sera pas non plus un handicap, veut croire le député. « La singularité du choix de Laurent Wauquiez, c’est de ne pas être englué dans un parti, et d’exister comme homme d’action à la tête de la région ». Et c'est « sans doute la meilleure préparation face à un gouvernement hors-sol », ajoute-t-il.

À lire aussi » Éric Ciotti, nouveau président de LR, promet « une droite de l’ordre, du travail, de l’autorité, de l’identité »

Dans la même thématique

Présidentielle 2027 : Olivier Marleix veut une désignation du candidat LR en 2024 au plus tard
3min

Politique

Attaque informatique en Nouvelle-Calédonie : « Il est temps de se protéger » des influences étrangères, appelle Claude Malhuret

Quelques heures après une cyberattaque de grande ampleur avant l’atterrissage de l’avion présidentiel à Nouméa, le président du groupe Les Indépendants au Sénat considère que le phénomène des influences étrangères sur le territoire français devient « massif ». « Il est temps d’arrêter notre déni », avertit-il.

Le