Présidentielle: à J-38 du premier tour

Présidentielle: à J-38 du premier tour

À 38 jours du premier tour de l'élection présidentielle, Benoît Hamon présente un programme recentré, LR exclut un premier parlementaire rallié...
Public Sénat

Par Fabrice RANDOUX

Temps de lecture :

4 min

Publié le

À 38 jours du premier tour de l'élection présidentielle, Benoît Hamon présente un programme recentré, LR exclut un premier parlementaire rallié à Emmanuel Macron, et Nicolas Dupont-Aignan ne digère pas de ne pas être invité au grand débat télévisé lundi.

- Hamon expose un programme plus rassembleur

Benoît Hamon, à la traîne vu les sondages actuels et lâché par Manuel Valls, espère reprendre la main, après avoir présenté jeudi un programme enrichi d'apports de plusieurs adversaires de la primaire et davantage centré sur le travail et l'emploi.

Le socialiste a fustigé jeudi une campagne "polluée par l'argent", défendant son programme comme "le seul à même de rendre le quinquennat utile".

Cette nouvelle version reprend les piliers du projet du vainqueur de la primaire: réforme démocratique (avec le 49-3 citoyen), ambition écologique, revenu universel d'existence. Mais le candidat à la présidentielle poursuit son effort pour prouver que le "futur désirable" qu'il défend est "possible" et finançable en respectant la contrainte européenne des 3% de déficit... en fin de quinquennat.

- Montebourg appelle Mélenchon au retrait

Arnaud Montebourg a appelé Jean-Luc Mélenchon à abandonner la course à l'Élysée pour permettre à la gauche représentée par le socialiste Benoît Hamon "d'être au deuxième tour" de l'élection présidentielle.

Arnaud Montebourg en campagne pour la primaire du PS, le 16 janvier 20174 à Lille
Arnaud Montebourg en campagne pour la primaire du PS, le 16 janvier 20174 à Lille
AFP

"Nous en avons besoin, nous sommes devant le mur de l'histoire", a plaidé cet ancien candidat à la primaire PS élargie rallié au vainqueur.

Une des porte-parole du Parti de gauche, Danielle Simonnet, a riposté sur France Inter: "Sacré ! Quand les courbes des sondages se seront croisées, demandera-t-il à de se désister pour ?"

- En marche! prend son temps...

Emmanuel Macron le 16 mars 2017 à Berlin
Emmanuel Macron le 16 mars 2017 à Berlin
AFP

Les investitures d'En Marche! aux législatives n'être attribuées qu'à "l'issue de la présidentielle", et non pas par vagues successives jusqu'au 15 mai, selon le président de la commission d'investiture Jean-Paul Delevoye.

"La moitié au moins seront des nouveaux candidats, qui viennent de la société civile, qui viennent de la vie active", avait promis début février l'ancien ministre de l’Économie Emmanuel Macron.

- Premier rallié, premier exclu

Le parti Les Républicains a engagé jeudi une procédure d'exclusion à l'encontre du sénateur LR de l'Yonne Jean-Baptiste Lemoyne, premier parlementaire LR à avoir annoncé mercredi son ralliement à Emmanuel Macron (En Marche!).

"Les Républicains sont totalement engagés pour redresser la situation de la France avec François Fillon. Un engagement totalement incompatible avec un soutien à un candidat qui s’inscrit dans la continuité du quinquennat de François Hollande", a justifié le secrétaire général de LR, Bernard Accoyer, dans ce communiqué.

- Fillon précise la fin des 35 heures

François Fillon en meeting le 16 mars 2017 à Caen
François Fillon en meeting le 16 mars 2017 à Caen
AFP

Pour remettre en cause les 35 heures, le candidat de la droite François Fillon donnerait aux entreprises au moins un an pour négocier des accords sur le temps de travail, avant de fixer une durée de référence qui s'appliquerait à celles qui n'auraient pas trouvé d'accord.

- Dupont-Aignan furieux contre TF1

Nicolas Dupont-Aignan a contesté jeudi devant le Conseil d’État l'"assassinat politique" qui consisterait, selon lui, à l'"exclure" du débat lundi soir sur TF1 entre cinq des postulants à l'Elysée.

Le président de Debout la France, qui a obtenu ses 500 parrainages, a sévèrement critiqué le format retenu par la chaîne privée, qui a choisi de n'inviter que Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, François Fillon et Marine Le Pen.

- Plaidoyer de Médecins du Monde

Prix des médicaments, aide médicale d’État, mineurs étrangers: à l'approche de la présidentielle, Médecins du monde a lancé jeudi un "plaidoyer pour un système de santé solidaire", afin de "défendre et améliorer l'accès effectif aux soins pour tous". L'ONG a déjà soumis quatre propositions aux équipes de François Fillon, Benoît Hamon et Emmanuel Macron.

Dans la même thématique

Paris: Conference Bruno Retailleau Salon Made in France
8min

Politique

Elections sénatoriales 2023 : le groupe LR mise sur une « stabilité », sans exclure une « petite érosion »

Le groupe LR n’anticipe pas de grands changements à l’issue du scrutin sénatorial dimanche. « J’attends que la majorité sénatoriale soit confortée », affirme Bruno Retailleau, président du groupe LR. « Nos divisions sont souvent délétères. C’est souvent ce qui nous fait perdre quelques sièges », met en garde le sénateur, qui doit faire face aussi à « l’émergence d’Horizons ».

Le

Paris Matignon consultations
9min

Politique

Elections sénatoriales 2023 : l’Union centriste, le groupe pivot de la majorité sénatoriale

C’est le groupe faiseur de roi. L’union centriste, sans qui les LR n’ont pas la majorité au Sénat, mise globalement sur une stabilité pour les sénatoriales. Alliés des LR à la Haute assemblée, certains de ses membres soutiennent néanmoins Emmanuel Macron, au risque pour le groupe de jouer parfois le grand écart. Mais son président Hervé Marseille sait veiller sur « la marmite centriste » par son habileté politique.

Le

Présidentielle: à J-38 du premier tour
5min

Politique

Sénatoriales 2023 : dans le Lot, la succession de Jean-Claude Requier rebat les cartes

Dans le Lot, neuf candidats sont sur la ligne de départ. Dans ce département rural, qui élit deux sénateurs au scrutin majoritaire, la bataille se joue essentiellement entre socialistes et radicaux. A gauche, l’élection de Jean-Marc Vayssouze-Faure semble assurée. Chez les radicaux en revanche, plusieurs candidats se disputent la succession de Jean-Claude Requier, président du groupe au Sénat.

Le